Entreprises

"Mon restaurant passe au durable": une campagne pour soutenir la restauration durable

©Romrodphoto / Shutterstock

La plateforme de financement participatif Tudigo a annoncé le lancement de l'opération "Mon restaurant passe au durable", initiée au départ par Metro France. Il s'agit d'un appel à projets qui s'adresse aux métiers de bouche, avec comme thématique centrale le développement durable.   

La plateforme française de crowdfunding Tudigo a annoncé le 17 juin le lancement de l'opération "Mon restaurant passe au durable" lors du salon Sirha Green. Pour l'occasion, elle s'est associée avec le groupe Metro, grossiste alimentaire et en équipements. L'objectif de cette initiative est d'offrir aux restaurateurs de la visibilité et de les accompagner dans leur projet durable par le biais du financement participatif. L'appel à projets est ouvert jusqu'au 15 septembre prochain. Pour plus de détails, ID a rencontré Stéphane Vromman, co-fondateur de Tudigo.

Pour quelles raisons avez-vous décidé de lancer l'opération "Mon restaurant passe au durable"?

Ce qui importe à Tudigo, c'est de soutenir l'économie réelle et de faire participer les contributeurs à des projets qui ont un impact positif près de chez eux. Nous voulons participer au maintien du développement d'un secteur d'activité. La volonté de voir ces activités se développer est bien présente chez les consommateurs, elles manquent seulement d'outils à la fois pour sensibiliser le public et pour les faire devenir des acteurs du changement et de la transition vers le durable.  

Pourquoi le domaine de la restauration en particulier ? 

Beaucoup de restaurateurs ont des projets de création, de reprise ou de développement et ont besoin d'investir ou d'acheter du matériel. Ils ont des partenaires bancaires mais cela ne peut pas non plus financer tous les besoins dans le cas de ces entreprises, qui sont sensibles à l'aspect innovant et l'aspect local de notre démarche et qui ne savent pas forcément comment s'y prendre. Notre opération vise à répondre à cette question, grâce à l'expertise de Metro, qui travaille dans l'axe du développement durable depuis plusieurs années déjà.

Pouvez-vous développer les aspects pratiques de l'opération?

L'opération est dans sa première phase d'appel à projets. Nous recevons les dossiers de candidature sur notre site où les porteurs de projets peuvent se renseigner et s'inscrire. À la réception, nous analysons les dossiers et recontactons les candidats afin d'obtenir plus de détails. Ensuite, nos coachs en interne commencent à les accompagner pour les aider à préparer leur campagne de financement participatif, à choisir les contreparties et à fixer leurs objectifs. 

Avez-vous prévu de faire une sélection parmi les candidatures ? 

Il y a des critères pour qu'une demande soit éligible au crowdfunding. L'entreprise ou l'association doit faire partie des métiers de bouche et doit correspondre à la thématique du développement durable, en proposant des initiatives diverses comme créer un potager, se fournir en circuit court ou encore réduire sa consommation en électricité. De plus, projet doit pouvoir proposer des contreparties attractives en échange des contributions. 

Allez-vous également accompagner les porteurs de projet sur le plan du conseil ?

Oui, c'est d'ailleurs en cela que Metro complète notre ambition car ils disposent d'un bureau d'études et des experts qui permettront aux candidats de mieux définir leur projet et de le budgéter.