Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

ID d'ailleurs

Thaïlande : une université construit son campus à partir de conteneurs

©InternationalSustainableDevelopmentStudiesInstitute

En Thaïlande, l'International Sustainable Development Studies Institute a inauguré dans la région de Chiang Mai son nouveau campus, respectueux de l'environnement et construit intégralement à partir de conteneurs.

Au total, 22 conteneurs recyclés ont été utilisés pour construire le nouveau campus de l'International Sustainable Development Studies Institute (Institut International d'Etudes sur le Développement Durable). L'université, basée en Thaïlande, a inauguré sa nouvelle annexe dans la région de Chiang Mai. La faculté, qui propose aux étudiants américains d'étudier le développement durable, a souhaité pousser sa démarche écologique jusqu'au bout et montrer l'exemple à ses élèves.

Le résultat est un bâtiment principale de trois étages, constitué de 17 conteneurs aménagés pour pouvoir accueillir les élèves et les professeurs. Selon l'université, réutiliser directement ces espaces de stockages permet "d'économiser l'énergie et de faire baisser l'empreinte carbone plutôt que de les faire fondre puis de les recycler". Ces derniers sont également posés sur un bloc de béton et soudés à des plaques d'acier noyées pour encore un peu plus "minimiser l'utilisation du béton".

L'éclairage dans tout le bâtiment est assuré par des LED. Les architectes du projet ont également cherché à "maximiser la lumière naturelle à travers le design". Les conteneurs ont été isolés pour permettre l'utilisation de climatiseurs qui ont eux-même été recyclés. Avant la construction du campus, le site comptait dix arbres que l'université a choisi de conserver en construisant son bâtiment autour de ces arbres pour profiter de leur ombre. Le parking du bâtiment est composé de gravier, ce qui permet à l'eau de "passer naturellement à travers le gravier pour atteindre le sol". En tout, la construction et l'aménagement de ce campus ont nécessité neuf mois de travaux