Sondage

Vers une sélection déguisée à l'entrée de l'université ?

©Matej Kastelic/Shutterstock

Le projet de loi relatif à l'accès à l'université a été présenté mercredi en conseil des ministres et une nouvelle plate-forme d'admission verra le jour en janvier.

Le système universitaire français va se refaire une beauté. Mercredi 22 novembre, le conseil des ministres a examiné le projet de loi concernant l'entrée à l'université, intitulé « Orientation et réussite des étudiants », censé rendre plus lisible et plus équitable l'accès au supérieur pour les lycéens.

La réforme prévoit, entre autres, la mise en place de la plateforme « Parcoursup », qui sera lancée le 15 janvier 2018 en remplacement de l'ancien système, Admission post bac. Cet été, « ABP » avait fait l'objet de nombreuses critiques après que des milliers de lycéens se sont retrouvés sans affectation pour la rentrée de septembre.

Avec ces mesures, le gouvernement espère notamment supprimer le tirage au sort à l'entrée et réduire le taux d'échec en première année de licence. Et ce grâce notamment à une meilleure orientation au lycée, à l'abaissement du nombre de vœux possibles, ou encore à la prise en compte accrue de la « formation antérieure du candidat ainsi que de ses compétences ».

Mais le projet n'est pas du goût de tous. En marge du conseil des ministres, des centaines de lycéens ont défilé dans les rues pour protester contre ce qu’ils considèrent être une « sélection déguisée », notamment dans les filières sujettes à une forte demande. De son côté, le gouvernement se défend en évoquant la « cohérence » que doivent revêtir les projets proposés par les futurs étudiants.

Université : un processus de sélection peut-il se justifier ?

Choix