Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Education/Citoyenneté

Avant la COP26, António Guterres encourage les jeunes à donner de la voix

Secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.
John MACDOUGALL/AFP

Alors que 400 jeunes sont réunis à Milan pour un Sommet exceptionnel dédié au changement climatique, le Secrétaire général de l'ONU António Guterres s'est adressé à eux par message vidéo. Il loue un "exemple puissant" et encourage ces militants à faire entendre leurs voix. 

Pour António Guterres, l'urgence climatique a besoin de la voix des jeunes. Alors que l'Italie, la présidence britannique de la COP26 et l'ONU ont réuni 400 personnes à Milan pendant trois jours pour un Sommet des jeunes sur le changement climatique, le Secrétaire général de l'Organisation s'est adressé à eux le 28 septembre. Âgés de 15 à 29 ans et originaires de près de 200 pays différents, ils doivent élaborer une déclaration commune adressée aux ministres qui se réuniront en fin de semaine. "Nous avons besoin des jeunes partout pour continuer à faire entendre votre voix", a plaidé António Guterres, encourageant les participants à "demander des comptes aux dirigeants mondiaux". "La crise climatique est une alerte rouge pour l'humanité", a-t-il déclaré dans un message vidéo. "Les jeunes sont à l'avant-garde pour proposer des solutions positives, plaider en faveur de la justice climatique".

Alors que la COP26 est prévue à Glasgow dans un mois, les engagements des Etats signataires de l'Accord de Paris sont encore loin d'être suffisants et font courir le monde vers un réchauffement à + 2,7 degrés par rapport à l'ère pré-industrielle, loin de l'objectif initial des 2 degrés, selon les dernières évaluations de l'ONU.

Hier, la militante Greta Thunberg a une nouvelle fois fustigé les "promesses creuses" des dirigeants sous les applaudissements des 400 participants. "Ils invitent des jeunes triés sur le volet à des réunions comme celle-ci et ils prétendent nous écouter, mais ce n'est pas le cas, ils ne nous écoutent pas, ils ne l'ont jamais fait", a-t-elle estimé. "Il n'y a pas de planète B, il n'y a pas de planète bla bla, bla bla bla, bla bla bla, économie verte bla bla, neutralité carbone en 2050 bla bla (...). C'est tout ce que nous entendons de la part de nos soi-disant dirigeants. Des mots. Des mots qui sonnent bien mais qui n'ont mené à aucune action, nos espoirs et nos rêves noyés dans leurs mots et leurs promesses creuses (...). Bien sûr nous avons besoin d'un dialogue constructif mais ils ont maintenant eu 30 années de bla bla et où cela nous a-t-il mené ?" s'est-elle interrogée. 

Selon le Secrétaire général de l'ONU, ces jeunes militants sont "un exemple puissant" : "Nous avons besoin que les dirigeants nationaux suivent votre exemple et garantissent l'ambition et les résultats dont nous avons besoin à la COP26 et au-delà", leur a-t-il fait savoir. 

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratiques "365 jours pour faire sa transition Made in France"

Au sommaire : enjeux, analyses, interview, quiz, conseils et astuces... 68 pages de solutions pour passer au 100% Made in France.