Education/Citoyenneté

25 personnalités publient une "Déclaration internationale sur l’information et la démocratie”

Prix Nobel de la paix en 2003, l'avocate iranienne Shirin Ebadi est co-présidente de la Commission sur l’information et la démocratie.
©Johan ORDONEZ/AFP

Le groupe, qui comprend plusieurs Prix Nobel, appelle les dirigeants internationaux "à se mobiliser en faveur des modèles démocratiques et d’un débat public ouvert dans lequel les citoyens peuvent prendre leurs décisions sur la base de faits".

A une semaine de l'ouverture du Forum de Paris pour la Paix, qui réunira du 11 au 13 novembre une soixantaine de chefs d'Etat et de gouvernement à l'occasion du centenaire de la première guerre mondiale, 25 personnalités internationales, parmi lesquelles les Prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz et Amartya Sen ou le Prix Nobel de littérature Mario Vargas Llosa, lancent un appel pour la signature d'un "pacte sur l'information et la démocratie". 

Dans un document intitulé “Déclaration internationale sur l’information et la démocratie” publié lundi 5 novembre, cette "Commission sur l’information et la démocratie”, présidée par Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF), et Shirin Ebadi, lauréate du prix Nobel de la Paix, liste notamment les principes fondamentaux de l’espace global de l’information et de la communication, qualifié de "bien commun de l’humanité". Parmi eux, le respect du droit à l'information et de la liberté d'expression ou encore la transparence des pouvoirs

"L’espace global de l’information et de la communication doit servir l’exercice de la liberté d’expression et d’opinion, en respectant les principes du pluralisme, de la liberté, la dignité, la tolérance et l’idéal de la raison et de la compréhension", peut-on lire dans le texte, qui inventorie également les menaces qui pèsent sur le droit à la connaissance, dont "le contrôle politique sur les médias, l'assujettissement de l’information à des intérêts particuliers, l’influence croissante d’acteurs privés qui échappent au contrôle démocratique, la désinformation massive en ligne" ou encore la "violence contre les reporters et l’affaiblissement du journalisme de qualité". 

Les auteurs de la Déclaration, qui pourra notamment servir de référence pour les décideurs, espèrent entre autres la création d'un groupe international d'experts, qui aurait "vocation à assurer à la fois la représentation de la diversité de l’humanité et l’évaluation rigoureuse des pratiques et conditions de la production de connaissance dans l’espace de l’information et de la communication".