Les oiseaux meurent souvent de faim ou de soif pendant les périodes de gel.
©TomaszProszek/pixabay.com
Biodiversité

Vague de froid : les conseils pour protéger les animaux sauvages de son jardin

Ce début d'année 2024 est marqué par une vague de froid en France. Les animaux sauvages peuvent être très impactés par le gel. Il est possible de les aider via des dons ou des petits gestes quotidiens. ID donne les conseils à suivre.

Contrairement à nous, les animaux sauvages ont la chance de pouvoir migrer vers des contrées plus douces ou hiberner pendant des mois. Pourtant, quelques courageux bravent le grand froid de l’hiver. Lors des périodes de gel, plusieurs solutions existent pour leur venir en aide.

La petite faune sauvage est protégée par la loi en France. Seuls les soigneurs de centres animaliers enregistrés sont habilités à sauver la plupart des individus lorsqu’ils les jugent trop affaiblis. Le plus judicieux est de les contacter lors de la découverte d’un animal en posture délicate. Il est possible de faire des dons à ces refuges ou des associations de protection des animaux. Pour les assister soi-même, il suffit de respecter quelques règles.

Nourrir les animaux dans les règles de l’art

La fondation Assistance aux Animaux explique que "par temps de gel, les oiseaux et animaux sauvages ne périssent pas de froid, mais de faim et de soif". À cause du froid, ils perdent davantage d’énergie et il leur est très compliqué de trouver de la nourriture, mais aussi de quoi s’hydrater. 

Nicolas Macaire est ornithologue et expert en faune sauvage pour la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux). Il alerte ID : "tous les mammifères sauvages ne doivent pas être nourris, au risque qu’ils finissent par ne plus chercher à manger par eux-mêmes". Seuls les oiseaux et les écureuils roux peuvent bénéficier de passe-droits, et uniquement pendant l’hiver. "La nourriture doit être disposée dans des mangeoires surélevées pour ne pas attirer les nuisibles qui pourraient transmettre des maladies", selon Nicolas Macaire.

Il déconseille les restes de repas, non adaptés à leur métabolisme, car "trop sucrés, salés, ou pleins de lactose donc mauvais pour la digestion". Il vaut mieux privilégier les aliments riches en lipides et glucides. "Si on ne devait retenir qu’un aliment pour les oiseaux, ce seraient les graines de tournesol", précise l'ornithologue. Il conseille également les cacahuètes nature pour leur teneur en arachide ou encore le maïs concassé. Quant aux écureuils, ils raffolent de noix, noisettes et glands. Enfin, Nicolas Macaire conseille de disposer des pains de graisse, de préférence sans huile de palme pour ne pas favoriser la déforestation.

Verser de l’eau pure et tiède et la changer régulièrement est le plus efficace.

"L’eau est indispensable pour les animaux, comme pour nous" rappelle Nicolas Macaire. Cela concerne les oiseaux et autres animaux à sang chaud, mais aussi les amphibiens, les reptiles et même les insectes. Or, en période de gel, il devient compliqué pour la faune sauvage de s’hydrater convenablement : "Parfois, il est même possible de voir certains oiseaux manger de la neige" se désole-t-il. 

Comme pour la nourriture, l’eau doit être la plus propre possible pour ne pas transmettre d’élément toxique. Pour éviter qu’elle ne gèle, l’ornithologue bannit l’utilisation d’huile ou de sel : "verser de l’eau pure et la changer régulièrement est le plus efficace" révèle-t-il. Pour le récipient, quelques centimètres dans une coupelle ou un socle de pot de fleurs fait parfaitement l’affaire.

Un abri pour l’hiver

Nos amis à plumes ou à quatre pattes risquent aussi de chercher un refuge pour se protéger du froid et du vent. La plupart commencent leur hibernation dès l’automne, comme le hérisson d’Europe. "Un petit abri sous un feuillage au fond du jardin peut lui être construit au début de l’hiver", recommande Nicolas Macaire. 

Pour ce qui est des oiseaux, les nichoirs ne sont pas utilisés en hiver pour construire des nids, destinés aux oisillons au printemps. En revanche, l'ornithologue incite l’utilisation de perchoirs ou abris en osiers. Disposés à l’abri, on peut y déposer la nourriture. Selon lui, le mieux est un petit distributeur automatique, utilisé par les oiseaux et les écureuils roux. "Ils pourront également s’y réchauffer" précise-t-il.

Sur son site, la fondation 30 millions d’amis recense également de nombreux conseils pour aider les animaux pendant l’hiver, qu’il s’agisse de la faune sauvage, de montagne ou d’animaux de compagnie. On y retrouve notamment des conseils d’abris. Les tas de pierres sont idéaux pour les reptiles et une petite mare peut servir de refuge aux amphibiens. "Prévoyez alors une profondeur suffisante, afin que le gel n’atteigne pas le fond" peut-on lire. Une manière de briser la glace avec nos amies les bêtes.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #13 : "Sport et écologie : mode d’emploi”. 

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour faire du sport en étant écolo au quotidien ! 

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques. 

#TousActeurs

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.