Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Vendée: première pierre d'un programme "pionnier" de réutilisation des eaux usées

La première pierre de la future unité d'affinage du programme Jourdain, projet "pionnier" d'utilisation d'eaux usées traitées à des fins domestiques, a été posée mercredi aux Sables d'Olonne (Vendée).

"C'est un projet audacieux, pionnier de la REUT (réutilisation des eaux usées traitées) en France", a salué Jacky Dallet, président du syndicat d'alimentation Vendée Eau.

A partir de 2023, cette unité réceptionnera les eaux usées traitées issues de la station d'épuration des Sables d'Olonne, pour le moment rejetées dans l'océan après traitement.

Un processus de traitement en cinq étapes éliminera pesticides, composés pharmaceutiques et autres micropolluants, et permettra de fournir une eau de "très haute qualité" au département.

Le projet global atteint 22 millions d'euros financés par des aides publiques, notamment de l'agence de l'eau Loire-Bretagne, de la région et du département.

"La fragilité des ressources en eau du département est accentuée dans les années sèches, comme l'est 2022. Ce programme doit permettre de répondre aux tensions sur la disponibilité de nos ressources", a expliqué M. Dallet.

La Vendée dépend aujourd'hui à 90% des eaux de surface conservées dans des retenues, très sensibles au changement climatique.

"Dans les 20 à 25 années à venir, le débit des cours d'eau français baissera de 20% à 40% en moyenne. Il est plus que jamais nécessaire de prendre soin de l'eau et d'aller plus loin dans la protection de la ressource", a rappelé Pierre Ribaute, directeur général de Veolia Eau France, qui construit et exploite l'unité d'affinage.

En France, moins de 1% des eaux usées sont aujourd'hui recyclées, contre 15% en Espagne et 90% en Israël, indique Veolia.

Ce projet "pilote" pourrait permettre à l'Hexagone de "commencer à rattraper son retard", a ajouté Pierre Ribaute.

Après son passage par l'unité de traitement du programme Jourdain, l'eau sera acheminée sur 25 km de canalisation vers le barrage du Jaunay, rejetée dans une zone végétalisée où elle se mélangera à la rivière et transitera vers l'usine d'eau potable desservant l'ouest de la Vendée, soit 100.000 foyers et deux à trois fois plus l'été.

L'unité pourrait voir sa capacité augmenter à l'issue de l'étape expérimentale, qui s'achèvera en 2027.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.