Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Télétravail: le "sac à dos numérique" des fonctionnaires progresse

Le "sac à dos numérique", cet ensemble de logiciels qui doit permettre aux agents publics de travailler facilement ensemble et à distance a commencé à prendre forme et va accélérer en 2022, a indiqué Nadi Bou Hanna, le directeur interministériel du numérique.

L'Etat cherche notamment à éviter de reposer sur les outils des grandes plateformes américaines type Office 365 de Microsoft, pour se doter de ses propres solutions, qu'il s'agisse de logiciel ou d'infrastructure (centres de données).

"La première étape", soit élaborer et diffuser des outils d'audio et visio-conférence, de messagerie instantanée, ou encore de webinaires a été considérablement accélérée par le confinement, a expliqué M. Bou Hanna lors d'une conférence de presse sur la stratégie numérique de l'Etat.

Tchap, la messagerie instantanée, compte désormais 250.000 inscrits, tandis que les suites collaboratives Resana et Osmose comptent 170.000 utilisateurs, a-t-il indiqué.

Le service de visio-conférence de l'Etat compte "plus de 1.000 conférences par jour", et la toute nouvelle plateforme d'audio-conférence "200 conférence par jour", a-t-il ajouté.

La prochaine étape, à partir du premier semestre 2022, est de commencer à rassembler ces outils sur un portail commun, pour en faciliter l'utilisation, a expliqué M. Bou Hanna.

"L'idée est d'agréger ces outils pour que l'agent les retrouve très facilement et puisse y accéder avec Agent Connect", le service d'identification unique que l'Etat est en train de mettre en place pour ses agents, a-t-il indiqué.

"On va commencer avec 5, 6, 10 idées, puis progressivement on cherchera à donner accès à tous les outils métiers disponibles" dans chaque ministère, a indiqué M. Bou Hanna.

Le but n'est pas seulement de permettre le télétravail, mais aussi de "décloisonner les administrations" en permettant aux fonctionnaires de différents ministères de travailler ensemble, a-t-il précisé.

"Dans les services déconcentrés de l'Etat par exemple, vous avez besoin d'accéder à des bases de données de plusieurs administrations", a-t-il expliqué.

Selon M. Bou Hanna, un sondage récent réalisé par la Dinum (direction interministérielle du numérique) a montré que les confinements avaient considérablement accéléré l'équipement en outils de télétravail des fonctionnaires.

Aujourd'hui, on peut estimer qu'il y a plus de "350.000 fonctionnaires" équipés pour accomplir l'ensemble de leurs tâches à distance, a-t-il expliqué.

Le but est d'arriver rapidement à 400.000, soit le nombre estimé de fonctionnaires dont les tâches sont entièrement "télétravaillables", a-t-il indiqué.

lby/alb/sr

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.