Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Sûreté nucléaire: qualité de l'exploitation "dégradée" à Golfech

La qualité de l'exploitation de la centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne) s'est "dégradée" en 2018, année où des flacons radioactifs ont aussi été découverts grâce à une "lettre anonyme" sur un site Airbus près de Toulouse, a annoncé mercredi l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

A Golfech, la "détérioration", qui porte surtout "sur la surveillance en salle de commande", s'est traduite par la déclaration "de nombreux incidents", y compris depuis janvier dernier, dont en 2018 quatre "anomalies" (niveau 1 de l'échelle internationale de gravité des désastres atomiques, Ines), selon les délégués pour l'Occitanie de l'ASN.

"Il s'agit d'un phénomène nouveau avec une multiplication des incidents" témoignant de "problèmes de compétence et de comportement", a relevé lors d'un point de presse Bertrand Frémaux, de la division de Bordeaux de l'ASN.

Cela fait suite au renouvellement "en cinq ans de la moitié des effectifs" de la centrale, qui compte deux réacteurs d'une puissance de 1.300 mégawatts chacun, a-t-il noté.

Une inspection renforcée mobilisant une vingtaine d'inspecteurs de l'ASN sera menée sur le site du 14 au 18 octobre 2019. Elle sera centrée sur les "facteurs organisationnels et humains" et abordera aussi la "thématique fraude", a-t-il ajouté.

En matière de protection de l'environnement, l'ASN constate également "que le site doit progresser en matière de gestion des substances dangereuses". Concernant la protection des travailleurs, elle relève "à nouveau des défauts dans la préparation et réalisation des activités à fort enjeu de radioprotection".

Le bilan 2018 de l'ASN pour l'Occitanie met aussi en avant la découverte sur un site en chantier d'Airbus à Colomiers, près de Toulouse, de flacons contenant une substance "fortement radioactive" (contenant du radium 226) utilisée pour des peintures dans l'aviation avant son interdiction dans les années 90.

Airbus avait été prévenu en février par "lettre anonyme" de la présence de ces fioles, découvertes stockées dans un fut plombé "dissimulé" dans un pilier de béton, qui devait être détruit, a précisé Hermine Durand, cheffe de la division de Bordeaux.

Le chantier a été stoppé, et l'ASN saisie en mars, avant que les flacons "non dégradés" ne soient évacués en janvier 2019. Un accident avec ce matériel aurait "contaminé le site, provoquant probablement une situation d'urgence radiologique", a-t-elle indiqué.

L'ASN n'a toutefois pas saisi le parquet, une démarche relevant le cas échéant d'Airbus, a précisé Mme Durand.

cab/cpy/ide

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.