Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Sur la base de Creil, les avions feront place à une ferme solaire géante

Bientôt des panneaux solaires à la place des avions: le ministère des Armées a désigné l'opérateur français Photosol pour le développement sur la base de Creil (Oise) d'une importante ferme photovoltaïque, qui sera l'une des plus importante d'Europe.

"Ce sera l'une des plus importante fermes photovoltaïques de France et d'Europe qui sera créée ici sur cette emprise et qui va permettre de fabriquer l'équivalent de la consommation d'électricité de 180.000 personnes", a indiqué mardi à des journalistes la secrétaire d'Etat aux Armées, Geneviève Darrieussecq.

La base de Creil, au nord de Paris, abrite aujourd'hui des activités de la Direction du renseignement militaire (DRM) et de soutien aux opérations aériennes. Mais aucun avion n'y est basé depuis 2016 et l'ancienne piste et ses alentours - aujourd'hui une vaste friche entourée de clôtures - seront occupés par les panneaux photovoltaïques.

La mise en service de la ferme solaire, qui doit rapporter à l'État près de 70 millions d'euros de redevances sur trente ans, est visée à la fin de l'année 2022.

"C'est aussi un projet très important de par sa localisation: ce sera très clairement l'une des centrales les plus grandes à cette latitude puisqu'on est très au nord de la France", a remarqué David Guinard, directeur général de Photosol, interrogé par l'AFP.

Jusqu'à présent, c'est en effet logiquement dans le sud de la France que se concentrent les centrales solaires.

"On est arrivés à des coûts de production de l'électricité solaire aujourd'hui qui nous permettent même d'avoir un ensoleillement un peu plus faible et de faire quelque chose de rentable", souligne toutefois M. Guinard.

Son entreprise, une PME de 50 salariés, est actuellement le sixième producteur photovoltaïque français. Elle a battu des grands noms comme par exemple Engie ou EDF pour remporter cet appel à manifestation d'intérêt qui prenait en compte des critères de prix, de compétence technique et de respect de l'environnement.

- papillons -

Ce dernier point concerne notamment la faune et de la flore qui se sont installées sur la base militaire, alors que Creil accueille par exemple des papillons très rares. Des moutons pourraient par ailleurs bientôt paître sur le site.

"La biodiversité est très importante sur toutes nos emprises militaires", souligne Geneviève Darrieussecq.

Le projet de 130 millions d'euros s'étend sur un total de 253 hectares, dont 180 ha qui seront recouverts de panneaux pour une puissance installée de 246 mégawatts-crête (MWc).

"Dans trois ans la centrale sera a minima dans les cinq plus grosses en France et sans doute dans les dix plus grosses d'Europe: c'est un projet extrêmement important", remarque David Guinard.

Aujourd'hui, la plus grande centrale solaire photovoltaïque de France, celle de Cestas (Gironde), représente une puissance installée de 300 MWc.

Premier propriétaire foncier de l'État, le ministère des Armées s'est engagé à mettre à disposition d'ici à fin 2022 quelque 2.000 hectares de terrains pour y développer des projets de production d'électricité photovoltaïque, dans le cadre du plan interministériel baptisé "Place au soleil".

Cette mise à disposition est saluée par la profession car les terrains manquent en France: "une des difficultés auxquelles on est confronté quand on développe du solaire, c'est le foncier", souligne David Guinard.

Creil fait partie d'une première vague de quatre projets solaires expérimentaux lancés par le ministère des Armées, dont il est pour l'instant de plus loin le plus important.

"La seconde vague d'appels à manifestation d'intérêt se fera vers la fin du mois de février ou début du mois de mars", a précisé à l'AFP Geneviève Darrieussecq.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.