Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Rennes inaugure son centre des congrès en centre-ville dans un ancien couvent

Rennes a inauguré lundi en grande pompe son centre des congrès dans l'ancien couvent des Jacobins en plein coeur historique, dont elle attend des retombées pour son attractivité économique, quelques mois après l'arrivée du TGV.

Avec la LGV Paris-Rennes et une seconde ligne de métro à l'horizon 2020, "notre ville vit un moment exceptionnel de transformation, entre dans une nouvelle décennie, se rénove en retrouvant son identité", s'est félicité la maire socialiste de Rennes, Nathalie Appéré, qui attend 20 millions d'euros de retombées par an "en faveur du tissu économique local et du commerce de centre-ville".

Une centaine d'évènements sont déjà programmés en 2018, alors que le coût élevé de ce projet (107 millions d'euros), a fait polémique.

Parmi eux, une exposition des collections de François Pinault, des assises de la citoyenneté, un congrès fédéral de la CFDT, le congrès de l'Association des départements de France (ADF). Des créneaux sont réservés par des acteurs économiques et scientifiques jusqu'en 2023. Il sera aussi le lieu de répétition et de concert de l'Orchestre symphonique de Bretagne.

Jouxtant la place Sainte-Anne, haut lieu de la vie nocturne rennaise, l'ancien Couvent dominicain, dont la construction avait commencé au XIVe siècle sur un site gallo-romain, a fait l'objet pendant quatre ans d'une importante rénovation, pilotée par l'architecte breton Jean Guervilly, qui a construit 40% des surfaces en sous-sol, pour traiter les murs "avec le plus de retenue possible", a-t-il expliqué.

Aujourd'hui, certains à Rennes craignent une accélération de la "gentrification" et une hausse des prix dans le centre historique.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.