Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Rapport de l'ONU sur le climat: négociations terminées avec deux jours de retard

Les négociations pour finaliser le nouveau rapport des experts climat de l'ONU (Giec) sur les solutions pour réduire les émissions de gaz à effet de serre se sont terminées dimanche soir avec plus de 48 heures de retard, ont indiqué des participants.

Les discussions ligne par ligne, mot par mot, du "résumé pour les décideurs", sorte de condensé politiquement sensible du rapport scientifique de près de 3.000 pages, avaient commencé le 21 mars et devaient en principe se terminer vendredi 1er avril, pour une publication lundi matin.

Mais les difficiles négociations sur ce texte qui doit détailler un éventail de scénarios pour réduire les émissions ont largement traîné en longueur, notamment en raison dans la dernière ligne droite de divergences sur des questions liées à la finance, ont indiqué à l'AFP des participants sous couvert de l'anonymat.

Les Etats-Unis notamment étaient réticents à l'intégration de données qui montrent les flux financiers très importants dont auraient besoin les pays en développement pour réduire leurs émissions et respecter l'accord de Paris, tandis que la Chine voulaient les mettre en avant, selon une de ces sources.

Dans tous les cas, les données resteraient présentes dans le rapport de près de 3.000 pages dont le résumé est tiré.

Finalement dimanche vers 20h00 GMT, les négociations ont abouti.

Le texte "vient d'être approuvé !! 16 jours, et un final de près de 40 heures d'affilée de négociations ligne par ligne", s'est réjouie sur Twitter l'une des auteurs, Stephanie Roe, scientifique à WWF.

"Vous pourrez bientôt voir de vos propres yeux ce qui est nouveau dans ce (rapport) et je pense que vous serez impressionnés. Ce rapport renouvelle le sentiment d'urgence et propose (et évalue) de nombreux éléments de solution", a ajouté le climatologue belge Jean-Pascal van Ypersele.

Plusieurs participants ont indiqué qu'une session formelle d'adoption devait encore avoir lieu lundi matin, mais à ce stade, le Giec n'a pas modifié l'heure de publication du rapport, prévue à 09H00 GMT.

Il n'est pas inhabituel que les discussions de ces résumés pour les décideurs entre les scientifiques et les délégations nationales débordent. Mais ce texte, qui doit insister sur la nécessité de réduire drastiquement toutes les émissions, touche à l'organisation même de nos modes de vie, de consommation et de production.

Avec des options, des chemins, des rythmes, sur lesquels les divers gouvernements ne convergent pas.

Comparé aux autres sur la science et les effets du réchauffement, ce rapport aborde des questions qui impactent les économies, ce qui rapproche ses enjeux de ceux des conférences climat de l'ONU, note un autre participant.

Dans un contexte de guerre en Ukraine qui souligne la dépendance des économies aux énergies fossiles, certains militants climat craignent une dilution du message.

"La crise climatique s'accélère et les énergies fossiles en sont la cause majeure. Un rapport sur la baisse des émissions qui ne soulignerait pas cet état de fait nierait la science sur laquelle le Giec se repose", a indiqué Nikki Reisch, du Center for International Environmental Law.

Ce rapport toujours attendu lundi, dernier d'une série de trois, se penche sur les chemins possibles pour freiner le réchauffement, en déclinant les possibilités par grands secteurs (énergie, transport, industrie, agriculture...).

Dans le premier volet de son rapport publié en août 2021, le Giec prédisait que le seuil de +1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle pourrait être atteint déjà autour de 2030. Et le deuxième, fin février, dressait un tableau plus que sombre des impacts passés, présents et futurs sur la population et les écosystèmes.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.