Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Querelle à la région Ile-de-France autour de poules faisanes

La région Ile-de-France a-t-elle subventionné un projet de lâcher de poules faisanes pour faire plaisir aux chasseurs? C'est ce qu'affirme le groupe écologiste du conseil régional, tandis que la région dément, affirmant qu'il s'agit au contraire d'une action pour la biodiversité.

"La région offre 5.000 faisans aux chasseurs", a dénoncé le groupe Alternative écologiste et solidaire (AES), mercredi dans un communiqué, à l'issue du vote d'une subvention de 57.500 euros pour la fédération régionale des chasseurs.

"Cette subvention a pour objectif de participer à un projet de lâcher de faisans et poules faisanes en Val d'Oise, Yvelines et Seine-et-Marne", explique le groupe écologiste.

"Il est aberrant que tant de fonds régionaux soient attribués à des associations de chasseurs. Alors que nous vivons de plein fouet la sixième extinction des espèces. La priorité est de renforcer la possibilité d'une vie sauvage à nos côtés, pas d'acheter du gibier qui sera tiré dans un, trois ou six mois", a déclaré Ghislaine Senée, la présidente du groupe au Conseil régional d'Île-de-France.

Cette subvention pour financer "l'achat de femelles de faisans dans des territoires où elles sont protégées", s'inscrit "dans le cadre de notre action pour préserver la biodiversité en Ile-de-France", a répondu la région dans un communiqué.

Elle assure que "dans ces zones, le tir des femelles est formellement et durablement interdit par arrêté préfectoral. Il est donc totalement mensonger de dire que l'achat de ces faisans est financé pour qu'ils soient tirés", ajoute-t-elle.

"Ces animaux de souche sauvage sont fournis par l'Office National de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS)", précise la région, qui souligne que "la population de faisans a été fragilisée par les inondations de 2016 notamment", qui ont "provoqué une perte importante d'oiseaux".

"Soit l'espèce est menacée et auquel cas ce sont les scientifiques, les associations naturalistes, sous la coordination de l'Agence régionale de la biodiversité qui devraient être mobilisés. Soit c'est du futur gibier qu'on offre aux chasseurs, avec de l'argent public", a rétorqué le groupe AES.

"Cette subvention s'inscrit dans un plan général de soutien à la chasse que porte la région", a estimé de son côté Roseline Sarkissian, du groupe Ensemble IDF (PS), ajoutant que "ce n'est clairement pas les fédérations de chasseurs qui doivent être prioritaires" pour lutter contre la baisse des populations d'oiseaux "comprise entre 30 et 50%".

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.