Publicité sur les trottoirs : rien n'a été décidé à Lyon qui lance une concertation

La métropole de Lyon a annoncé vendredi le lancement d'une concertation sur l'expérimentation des marquages publicitaires éphémères des trottoirs, qui a déjà fait grincer des dents à Bordeaux et Nantes, les deux autres villes-tests.

Cette concertation impliquera "l'ensemble des communes de l'agglomération", dont Villeurbanne, selon la métropole.

"C'est seulement à l'issue de cette concertation que la mise en oeuvre éventuelle de ce dispositif expérimental fera l'objet d'une décision des communes et de la métropole", qui a par le passé déjà commandé des marquages éphémères pour des événements particuliers.

Ancien fief du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, la métropole avait indiqué la veille que ses services étaient "en train d'étudier les meilleurs lieux d'expérimentation" pour ces publicités éphémères.

Mais Jean-Paul Bret, maire PS de Villeurbanne, la deuxième ville de l'agglomération, avait dénoncé un décret pris "sans concertation", en ajoutant qu'il refusait de voir les paysages urbains "saturés par la publicité".

Selon un décret publié dimanche au Journal officiel, les agglomérations de Bordeaux, Lyon et Nantes peuvent depuis lundi, et pour 18 mois, tester les publicités éphémères sur les trottoirs, jusque-là interdites par les codes de la route et de l'environnement.

Bordeaux avait été la première a réagir mardi, déplorant que "les élus et administrations (...) n'ont, à aucun moment, été consultés ou informés en amont de cette décision".

La municipalité PS de Nantes a prévenu jeudi qu'elle souhaitait "s'en tenir aux codes de la route et de l'environnement" et refuserait "toute demande de marquage au sol".

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.