Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Pour Safran, la décarbonation de l'aviation passe (aussi) par les imprimantes 3D

Le laser vient fusionner couche par couche la poudre de nickel pour élaborer des pièces complexes de moteur: engagé dans un marathon pour réduire l'impact climatique de l'aviation, Safran mise l'impression 3D pour alléger ses moteurs d'avions.

Le motoriste et équipementier aéronautique a inauguré vendredi son "Safran Additive Manufacturing Campus" au Haillan, près de Bordeaux. L'industriel a rassemblé sur le même site dédié à la fabrication additive, autre nom de l'impression 3D, tous ces moyens et une équipe d'une centaine de personnes, des ingénieurs chargés de la conception aux techniciens réalisant la production de série.

"La création de ce pôle d'excellence est une décision stratégique pour fédérer l'expertise de Safran dans la fabrication additive et accélérer l'utilisation de cette technologie de rupture", plaide le directeur général de Safran Olivier Andriès.

Le secteur aéronautique espère que les gains technologiques sur les avions représenteront près d'un tiers de l'effort nécessaire pour atteindre en 2050 la neutralité carbone nette à laquelle il s'est engagée.

Pour cela, un axe-clé est l'allègement des aéronefs, notamment des moteurs, synonyme de moindre consommation de carburant, donc d'émissions de CO2.

"L'énorme gain de la fabrication additive, c'est qu'on va faire des pièces plus légères, donc voler en consommant moins", explique François-Xavier Foubert, le Monsieur impression 3D de Safran.

L'allègement est de 20 à 30% par rapport aux pièces fabriquées de façon traditionnelle, qu'elles soient forgées ou produites en fonderie.

L'impression 3D permet de "ne mettre de la matière que là où il y en a besoin", et donc de limiter aussi la consommation de matières premières, poursuit-il.

- Géométries complexes -

Une ferrure forgée nécessite ainsi 10 kilogrammes de matière première pour aboutir à une pièce d'un kilogramme; pour obtenir la même pièce de 500 grammes à partir d'un moule en fonderie, il faut 2 kg de matière. En impression 3D, il ne faut que 600 grammes de matière pour obtenir la même ferrure qui fera 400 grammes.

Autre avantage, détaille Eric Dalbiès, directeur de la recherche et technologie de Safran, la fabrication additive est "capable de dépasser la qualité d'une pièce de fonderie, ce n'était pas possible il y a une dizaine d'années", sans toutefois atteindre encore les caractéristiques d'une pièce de forge. Elle offre en outre une "répétabilité" accrue, gage de constance dans la qualité

Un bloc hydraulique, servant à étendre ou rétracter le train d'atterrissage de l'Airbus A350 ne pèsera en 2024, une fois certifié, plus que 10 kg grâce à l'impression 3D, contre 18 actuellement avec la forge. L'impact CO2 de sa fabrication est divisé lui par huit.

"C'est une autre manière de concevoir les pièces, dont certaines qu'on ne saurait pas faire autrement", celles avec des géométries complexes en particulier, selon François-Xavier Foubert. Un assemblage de 152 pièces d'un moteur d'hélicoptère a par exemple été rassemblé en un seul monobloc.

A terme, 25% des pièces d'un moteur d'avion pourraient être réalisées en fabrication additive.

On n'en est pas encore là. Seules 12 pièces ont été certifiées pour l'instant, des pièces de moteurs d'hélicoptère, du Rafale ou du moteur Leap équipant les A320 et B737. Cinq autres doivent l'être d'ici la fin de l'année et plus d'une centaine d'ici 2025.

"C'est encore très faible, car l'impression 3D a d'autant plus de valeur sur un moteur que l'on conçoit", explique Marjolaine Grange, directrice de Safran notamment chargée de la performance.

Pour l'heure, il s'agit essentiellement par ce nouveau procédé de dupliquer des pièces sur un moteur existant. Sur la prochaine génération de moteur, sur lequel Safran travaille pour 2035 avec son programme Rise, les formes de certaines pièces, plus efficaces, pourront être totalement différentes et contribuer à un changement de l'architecture-même du moteur.

Pour François-Xavier Foubert, "on est au début de l'histoire".

mra/uh/pta

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.