Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Pollution à l'arsenic dans l'Aude: surexposition confirmée pour cinq enfants

Les tests menés depuis juin dans la vallée de l'Orbiel (Aude), site d'une ancienne mine d'arsenic, ont confirmé une surexposition à l'arsenic pour cinq enfants, a annoncé mercredi l'Agence régionale de Santé (ARS) Occitanie.

La surexposition de ces enfants, qui pourrait "témoigner d'une imprégnation durable" selon l'ARS, a été attestée par une deuxième analyse urinaire menée deux mois après le premier contrôle. Dans son précédent recensement, l'ARS ne comptabilisait que trois enfants dans ce cas.

Trois des enfants concernés ont entre 0 et 6 ans, les autres entre 6 et 11 ans. Ils présentent des taux d'arsenic par gramme de créatine supérieurs à 10 microgrammes/gramme, qui est la valeur de référence, trois d'entre eux étant même testés à plus de 15µg/g, a précisé l'ARS dans un communiqué.

Un accompagnement personnalisé est proposé à leurs familles, "pour préciser les recommandations sanitaires", avant un troisième dosage urinaire lui aussi sous deux mois, a rappelé l'ARS.

En cas d'exposition chronique sur plusieurs années, l'arsenic est selon l'ARS un toxique cancérigène, avec aussi de possibles effets notamment dermatologiques, cardiovasculaires et respiratoires.

Sur un total de 191 enfants de 0 à 11 ans contrôlés jusque là, 58 ont été dépistés par un premier contrôle avec des taux d'arsenic supérieur à la valeur de référence.

Mais pour 20 d'entre eux, le deuxième dosage était repassé sous la barre des 10µg/g.

Ces résultats confirment "l'importance du suivi des recommandations sanitaires" (se laver quand on manipule de la terre, ne pas boire d'eau des puits privés, vérifier avec quelle eau sont arrosées les productions jardinières...) formulées depuis 1999 dans la vallée de l'Orbiel, a réaffirmé l'ARS.

Les risques sanitaires dans la zone, où la mine d'or et d'arsenic de Salsigne a légué à sa fermeture, en 2004, des millions de tonnes de déchets toxiques, ont été aggravés par les inondations d'octobre 2018 (14 morts).

Inquiets, des parents avaient mené de premiers tests en juin, dont les résultats ont conduit les autorités à replacer la zone sous haute-surveillance sanitaire et environnementale.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.