Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Politique

​​​​​​​Présidentielle : 21 ONG appellent les candidats à agir contre les pesticides

Exploitation agricole aspergée de pesticides.
©Fotokostic/Shutterstock

Générations Futures, soutenue par 21 ONG, a publié le 13 janvier dernier ses recommandations pour sortir de la pollution chimique. L’association de défense de l’environnement appelle les candidats à l’élection présidentielle à prendre des mesures fortes contre l’utilisation de produits chimiques dangereux pour la santé et l’environnement.

21 associations interpellent les candidats à l’élection présidentielle pour "un quinquennat réussi au sujet des produits chimiques dangereux". Dans ce document porté par Générations Futures, l'ONG pointe du doigt un "recul" quant aux politiques environnementales sur les pesticides comme le report de l’interdiction du glyphosate en 2023 ou la dérogation d’utilisation des néonicotinoïdes pour la filière des betteraves. Elle propose ainsi dix mesures fortes sur lesquelles les candidats peuvent se prononcer, suivies d’indications détaillées pour les mettre en place.

Interdire les produits chimiques dangereux

En premier lieu, les militants réclament l'interdiction de nombreux produits toujours utilisés. Dans le viseur : le glyphosate, les néonicotinoïdes, mais aussi le SDHI présentant un danger potentiel pour l'homme, ou encore les OGM, ces cultures remplies de pesticides. Ils demandent donc à réviser le plan Ecophyto II+ qui veut réduire l’utilisation de produits phytosanitaires dans l’agriculture. Les PFAS et formaldéhyde, substances cancérigènes présentes dans les emballages ou dans les détergents sont aussi concernés.

Informer sur la dangerosité des produits

Autre sommation : une plus grande transparence sur les produits chimiques dangereux. Générations Futures veut ainsi obliger les industriels à publier sur Internet des données sur ces substances. Une information qui doit aussi être disponible pour le consommateur grâce à un étiquetage environnemental "informant sur la présence de ces substances (cosmétiques, médicaments, biens de consommation courante et articles manufacturés)".

Elaborer une meilleure réglementation

Enfin, l’association veut lutter contre la pollution chimique à travers une meilleure réglementation. Elle demande donc de revoir le Plan Stratégique National (PSN), pour le moment insuffisant, afin de promouvoir l’agriculture biologique. Concernant l’exposition des personnes vulnérables aux pesticides, Générations Futures propose de mettre en place des Zones de Non Traitement (ZNT) de 100 mètres autour des lieux de vie et d’informer les populations sur les zones traitées et les épandages de pesticides.

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide pratiques "365 jours pour faire sa transition Made in France"

Au sommaire : enjeux, analyses, interview, quiz, conseils et astuces... 68 pages de solutions pour passer au 100% Made in France.

Pour en savoir plus et commander votre guide, c'est par ici.

#TousActeurs