Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Petite enfance: le gouvernement prépare une "offre 1.000 jours"

Le gouvernement veut lancer en 2020 une "offre 1.000 jours" pour accompagner les parents et leur bébé durant les mille premiers jours de la vie de l'enfant, dès le 4e mois de grossesse, a indiqué jeudi le secrétaire d'Etat à la Protection de l'Enfance Adrien Taquet.

"Afin de lutter contre les inégalités de destin, nous voulons surinvestir cette période où beaucoup se joue", a déclaré M. Taquet devant quelques journalistes, dont l'AFP.

Ce sujet est l'un des chevaux de bataille d'Emmanuel Macron, qui s'est intéressé en particulier à la lutte contre le déficit de vocabulaire qui se manifeste dès le plus jeune âge chez les enfants de milieux défavorisés. Le chef de l'État s'inspire notamment des conseils du pédopsychiatre Boris Cyrulnik.

Il s'agira, selon M. Taquet, de proposer aux parents un "parcours d'accompagnement" dès le 4e mois de grossesse et jusqu'au deuxième anniversaire de l'enfant environ, avec des services et conseils dans plusieurs domaines tels que la nutrition, la prévention contre les perturbateurs endocriniens, l'exposition aux écrans des enfants, l'impact de l'arrivée de l'enfant sur le couple, la naissance d'un bébé prématuré ou en situation de handicap, la place du père...

Il pourrait leur être proposé un ensemble de services qui recenseraient via une application internet des initiatives éducatives ou dans le domaine de la santé au niveau national et local.

Pour les moins de trois ans, le secrétaire d'État souhaite en outre réexaminer les modes de gardes disponibles ou encore revoir le fonctionnement des centres de Protection maternelle et infantile (PMI), en difficulté dans certains départements.

Au mois de juin, M. Taquet avait annoncé qu'une enveloppe financière supplémentaire serait votée dans le budget 2020 de la Sécu, présenté dans les prochaines semaines, pour soutenir ces structures et augmenter les bilans de santé des enfants et les visites à domicile.

Pour élaborer le parcours 1.000 jours durant les prochains mois, il souhaite s'appuyer sur des avis scientifiques ainsi que sur la consultation de "1.000 parents".

M. Taquet souhaite associer à cette démarche les acteurs publics et privés et s'inspirer d'expériences étrangères. Il cite ainsi l'exemple de la Finlande qui organise pour les nouveaux parents une quinzaine de rendez-vous, y compris des visites à domicile pour détecter les problèmes familiaux.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.