Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

NDDL : le projet "abandonné", le gouvernement mettra "fin à la zone de non-droit" (Philippe)

Le projet de construction d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes "sera abandonné" car les "conditions" de sa mise en oeuvre "ne sont pas réunies", et le gouvernement mettra "fin à la zone de non-droit" sur le site, a annoncé mercredi le Premier ministre Edouard Philippe.

Le président du syndicat mixte aéroportuaire (SMA) Philippe Grosvalet avait auparavant indiqué à l'AFP que le projet était abandonné, après avoir eu au téléphone un conseiller du Premier ministre.

"Je constate aujourd'hui que les conditions ne sont pas réunies pour mener à bien le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes". Le projet "sera donc abandonné", a confirmé le chef du gouvernement à l'issue du Conseil des ministres.

Les "terres" sur lesquelles le projet devait être édifié ne seront pas gardées par l'Etat, a précisé Edouard Philippe, qui a annoncé que l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique serait "modernisé" avec une procédure engagée pour "rallonger la piste", ainsi que celui de Rennes "si la région le souhaite".

Par ailleurs, a poursuivi M. Philippe, "nous mettrons fin à la zone de non-droit qui prospère depuis près de dix ans sur cette zone".

"Les trois routes qui traversent le site de Notre-Dame-des-Landes doivent maintenant être rendues à la libre circulation pour tous. Les squats qui débordent sur la route doivent être évacués, les obstacles retirés, la circulation rétablie. A défaut, les forces de l'ordre procèderont aux opérations nécessaires", a-t-il prévenu.

"Conformément à la loi, les agriculteurs expropriés pourront retrouver leurs terres s'ils le souhaitent. Les occupants illégaux de ces terres devront partir d'eux-mêmes d'ici le printemps prochain ou en seront expulsés", a poursuivi Edouard Philippe.

Né dans les années 60, relancé en 2000, attribué à Vinci par appel d'offres en 2010, l'aéroport "du Grand Ouest" a traversé un demi-siècle sans mise en chantier. Sous le quinquennat de François Hollande, un référendum consultatif local en Loire-Atlantique avait débouché sur une vote favorable (55,17%) au projet.

jri-leb-bpa/mat/phc

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.