Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Masques: la Bourgogne-Franche-Comté dénonce une réquisition "sans concertation" par l'Etat

La présidente socialiste de Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, a dénoncé une nouvelle réquisition "sans concertation" par l'Etat d'équipements de protection que la région avait commandés, appelant à une "répartition des masques plus solidaire".

Deux millions de masques destinés à la région ont été "intégralement" réquisitionnés par l'État à leur arrivée, dimanche, à l'aéroport de Bâle-Mulhouse, "sans concertation, ni même information préalable", s'est plainte Mme Dufay dans un communiqué diffusé dimanche soir.

Le 2 avril, une commande similaire de masques de protection, également à l'initiative de la région Bourgogne-Franche-Comté (BFC), avait déjà été retenue par l'État.

"Jean Rottner (le président LR de la région Grand Est, ndlr) m'avait dit que j'aurais la priorité pour ma commande dans le cargo de dimanche sauf que, quand il est arrivé, l'armée était déjà sur place et on a vu que ce serait impossible", a expliqué lundi à l'AFP Mme Dufay. "Je n'ai eu aucun contact avec quiconque de l'Etat pour nous dire qu'il y aurait réquisition" a-t-elle déploré.

"Après une première commande de 2 millions de masques, l'État a réceptionné hier à @Euroairport 4 millions de masques destinés au #GrandEst. Les masques seront répartis dans les 10 départements grâce à un circuit de distribution organisé" par la préfecture de la zone de sécurité Est, a indiqué lundi sur son compte Twitter la préfecture du Grand Est.

La préfète du Grand Est, Josiane Chevalier, avait expliqué dimanche à l'AFP que l'avion arrivé dimanche à Bâle-Mulhouse devait contenir à la fois des masques pour l'Etat, pour les conseils régionaux de Bourgogne Franche-Comté et du Grand Est et pour le conseil départemental des Bouches-du-Rhône mais que "le compte n'y étant pas", l'Etat avait réquisitionné l'ensemble pour les personnels de santé, prioritaires.

Selon une source proche du dossier, les masques réquisitionnés permettraient notamment d'alimenter la médecine de ville du Grand Est.

- "Guerre des masques" -

Mais, selon cette même source, l'Etat aurait pris dimanche plus de masques qu'il n'en avait commandés et aurait même prélevé un stock de masques FFP2 qu'il n'avait pas demandé.

Si Marie-Guite Dufay conçoit que "la lutte contre l'épidémie amène logiquement l'Etat à décider de prioriser la livraison de certaines commandes en direction des secteurs les plus en tension", elle souhaite plus de transparence et une "répartition plus solidaire", se demandant "comment l'Etat organise la protection" des habitants de sa région.

"Soit l'Etat considère que les masques commandés par la Région, en complément des dotations de l'Etat, ne sont pas nécessaires à leur protection ; soit, avec les masques réquisitionnés, il organise une régulation entre les Régions de manière solidaire", écrit-elle.

L'élue "rappelle que ces masques sont destinés aux Ehpad, aux personnels d'aide à domicile des personnes âgées, et aux structures d'accueil de personnes handicapées".

Tout en récusant toute "guerre des masques entre présidents de régions", elle souligne que la Bourgogne-Franche-Comté est l'une des plus touchées de France par la maladie. Dimanche, elle dénombrait 341 décès à l'hôpital et 224 en établissements médico-sociaux, selon l'Agence régionale de Santé.

Mme Dufay a "saisi le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, afin de rétablir le dialogue et retrouver une unité dans l'action entre l'État et les Régions".

La région "espère" par ailleurs que les deux autres commandes de respectivement 2 millions et 450.000 masques supplémentaires, dont la livraison est prévue cette semaine, ne feront pas l'objet d'une "telle confiscation".

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.