Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

A Marseille, la métropole défend son action pour la qualité des eaux de baignade

Opérations de nettoyage des plages, ouverture de nouvelles toilettes à proximité des lieux de baignade, nouvelle campagne de sensibilisation... les élus marseillais ont cherché mercredi à se défendre face aux critiques liées à la fermeture récurrente de certaines plages liée à la pollution.

"On a un taux d'ouverture (des plages) à 98%, un taux de fermeture sur lequel se concentre effectivement un certain nombre de commentaires, un certain nombre de critiques, mais aussi tous nos efforts", a assuré au cours d'une conférence de presse Didier Réault, adjoint au maire de Marseille, délégué à la mer et aux plages.

L'élu a vanté "la transparence complète" de la ville sur le sujet, qui ne se contente pas des relevés hebdomadaires de l'Agence régionale de santé (ARS), mais qui fait "des analyses tous les jours" et "va jusqu'à communiquer publiquement tous les jours les plages qui sont fermées".

Chaque matin, des inspecteurs analysent l'eau à l'aube, sur chacune des 21 plages de la ville. Ils contrôlent ainsi la présence de deux bactéries, l'escherichia Coli et les entérocoques, des marqueurs de déjections humaines ou animales. Quand les concentrations sont trop fortes, les maîtres-nageurs interdisent la baignade.

Ces contrôles "nous imposent d'aller chercher tous les jours la cause de cette pollution", a poursuivi Didier Réault, pointant plusieurs raisons pour expliquer le phénomène: canalisation publique défectueuse au niveau de la plage du Prophète, déversement des eaux d'une piscine sur la voirie, réseaux privés cassés ou obstrués...

L'élu a aussi fustigé le comportement de certains habitants: "Quand on est sur la plage, on ne se comporte pas comme un porc". Il a aussi mis en cause pour expliquer ces phénomènes de pollution la "fréquentation nocturne de certaines plages importantes" et les déjections de chiens dans la mer.

"On a décidé d'ouvrir les toilettes des postes de secours lorsque c'est possible toute la nuit" et "on développera l'année prochaine notre capacité d'offrir des toilettes sur les plages", a annoncé M.Réault.

Roland Giberti, le vice-président de la Métropole Aix-Marseille-Provence délégué à l'eau et à l'assainissement a aussi mis en avant "les actions de sensibilisation".

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.