Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Marcher à Marseille, le parcours du combattant

Se déplacer à pied à Marseille, une gageure ? Lanterne rouge des villes françaises pour les piétons, comme elle l'est pour les cyclistes, la deuxième ville de France accueille pourtant vendredi les premières Assises nationales de la marche en ville.

Ici "c'est un peu comme à Naples, pour aller acheter un paquet de cigarettes on prend sa voiture", raille Jean Leprêtre, un Marseillais qui a lancé une pétition pour le réaménagement du boulevard dont il est riverain, au coeur de la cité phocéenne.

"Marseille a accumulé un sacré retard en matière de cheminement piéton", dénonce Martine Bigot, de l'association 60 Millions de piétons, auteur début septembre, avec deux autres associations du collectif "Place aux piétons", du premier baromètre national des villes marchables.

Sans surprise pour beaucoup, Marseille est arrivée en dernière position, seule ville sur 200 avec Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) à se voir attribuer la lettre "G", synonyme d'un environnement "très défavorable" pour la marche.

De Paris à Lyon en passant par Strasbourg ou encore Bordeaux, la plupart des grandes villes obtiennent un "D", soit "moyennement favorable", quand les communes de moins de 20.000 habitants sont généralement mieux notées.

C'est pourtant dans les grandes villes que les déplacements à pied --le deuxième mode de mobilité après la voiture en France-- sont les plus répandus: ils concernaient plus d'un déplacement sur quatre en 2019 dans les agglomérations supérieures à 100.000 habitants, selon une enquête du ministère de la Transition écologique.

Ce baromètre est "très révélateur", a réagi auprès de l'AFP Audrey Gatian, adjointe au maire de Marseille en charge de la politique de la ville et des mobilités: "On voit que la ville s'est beaucoup construite autour de la voiture".

- Gymkhana sur les trottoirs -

Sur les plus de 1.300 questionnaires recueillis à Marseille, soit le meilleur taux de participation après Paris, la moitié des répondants jugent que se déplacer à pied est désagréable voire très désagréable. Principale pierre d'achoppement dans cette cité méditerranéenne aux rues souvent escarpées, deux fois et demie plus étendue que Paris: le trottoir, devenu un espace souvent impraticable.

"Lorsqu'ils existent, notamment dans le centre-ville, les trottoirs vont être souvent très occupés, et pas forcément comme ils devraient l'être", admet Mme Gatian.

Les trottoirs, "en mauvais état", "ont été délaissés à Marseille", accuse Marianne Moukomel-Clarté, présidente de la Fédération française de randonnée des Bouches-du-Rhône: ils "sont encombrés par des vélos, des trottinettes, des scooters. Et aussi par le mobilier urbain".

Sans parler du stationnement des voitures à cheval sur le trottoir et la chaussée, "une pratique interdite par la loi mais qui a été autorisée à Marseille", rappelle Mme Bigot.

L'ère du +tout voiture+ est révolue, assure-t-on du côté de la nouvelle municipalité, qui veut supprimer à terme ces 5.000 à 6.000 places de stationnement à cheval, imposer un stationnement obligatoire aux trottinettes et vélos en libre service et repositionner les pistes cyclables sur la chaussée: "L'objectif, c'est de rendre le trottoir aux piétons", promet Mme Gatian, ce qui passera aussi par "un renforcement des transports en commun".

"Aussi bien pour les parents qui ont des enfants en poussette que pour les personnes à mobilité réduite, c'est très compliqué", fustige pour sa part Josiane Grimaudo, porte-parole de l'association des "Poussettes enragées".

Compliqué, voire dangereux: aujourd'hui, les trois quarts des répondants marseillais au baromètre ne se sentent pas en sécurité lorsqu'ils se déplacent à pied, notamment en raison des conflits d'usage avec les cyclistes.

Pour tous, l'objectif est le même: retrouver le plaisir de déambuler, cette "façon de vivre la ville qui est géniale, surtout à Marseille, où il y a plein de choses qui se passent dans la rue", assure M. Leprêtre.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.