Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

L'Etat donne le feu vert pour les travaux de la première tranche du canal Seine-Nord

Les travaux de la première tranche du canal Seine-Nord, projet pharaonique qui doit relier la Seine au réseau fluvial de l'Europe du Nord d'ici à 2028, vont pouvoir commencer, dans l'Oise, a indiqué mercredi la préfecture qui a donné son feu vert environnemental.

L'arrêté préfectoral de l'Oise valant autorisation environnementale signé lundi "porte sur le secteur 1, la partie sud du canal Seine-Nord Europe, qui s'étend sur 18,6 km dans le département de l'Oise, depuis la confluence (Compiègne) entre l'Oise et l'Aisne jusqu'à Passel", précise la préfecture de région dans un communiqué.

"Au terme de 2 ans d'instruction, cette autorisation environnementale permet ainsi d'autoriser le lancement des travaux du canal Seine-Nord Europe", ajoute-t-elle, insistant sur deux avis favorables déjà rendus: celui de la commission d'enquête publique à l'automne 2020 et celui du conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques en mars 2021.

Vont pouvoir débuter notamment "la modification du lit de la rivière Oise et les aménagements environnementaux prévus au titre des mesures de réduction et de compensation".

Les travaux "s'engageront progressivement à partir de ce printemps (...) avant des travaux plus conséquents à partir de l'automne", affirme dans un communiqué la Société du canal Seine-Nord Europe, maître d'ouvrage. Ils consisteront en l'aménagement de l'Oise puis d'un nouveau canal entre Compiègne et Ribécourt-Dreslincourt, en l'élargissement du canal actuel jusque Passel, en la construction d'une écluse, de 3 quais de transbordement et de 7 franchissements routiers.

"Sur ce secteur de 18,6 kilomètres dans l'Oise, les aménagements environnementaux comprennent 391 ha de sites écologiques créés et restaurés. Le chantier de ces aménagements a d'ores et déjà commencé" depuis 2017, précise l'établissement public local, dont le conseil de surveillance est présidé par Xavier Bertrand (ex-LR), président du conseil régional des Hauts-de-France.

Dans un rapport publié le 16 juin 2020, la Cour des comptes européenne s'était émue que les coûts du projet aient "pratiquement triplé", pour s'établir à 4,97 milliards d'euros, l'un des auteurs estimant que le projet "ne sera pas mené à bien dans son intégralité d'ici à 2030" et que "le promoteur a retenu des hypothèses de trafic trop optimistes".

Pensé depuis les années 1980, le canal à grand gabarit doit relier l'Oise au canal Dunkerque-Escaut (Nord), soit 107 km pour 4,5 m de profondeur, et devrait pouvoir accueillir des bateaux "pouvant contenir 4.400 tonnes de marchandises", selon la société du canal.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.