Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

L'éolien vecteur de mobilisation politique et de "fake news"

L'opposition aux éoliennes est devenue un axe de bataille et de ralliement, en particulier pour le Rassemblement national, au grand dam de la ministre de la Transition écologique qui crie aux "fake news" et aux "polémiques électorales".

Dans la plupart de ses déplacements pour les régionales, Marine Le Pen, partisane de longue date du nucléaire, fustige les éoliennes, qu'elle envisage de "démonter" si elle arrive à l'Elysée.

"La peste éolienne": la cheffe du RN salue ce titre d'un ouvrage de Patrice Cahart, un inspecteur des finances invité régulier, sous son pseudonyme Nicolas Saudray, de la radio d'extrême droite Radio Courtoisie. Pour elle, "la vérité s'impose mais le gouvernement refuse de la voir pour des raisons purement électoralistes. +La peste éolienne+, voilà un titre clair!"

A Noirmoutier, où un parc marin est en projet, elle sort "confortée" d'une rencontre avec des pêcheurs: les éoliennes vont empêcher de "pêcher", sans compter "le coût, le caractère tout à fait anti-écologique, leur importation, la destruction probablement quasi définitive de l'environnement" avec le coulage de "centaines de tonnes" de béton. C'est une "expropriation de la mer, qui appartient aux Français", dit-elle.

Idem pour les parcs terrestres, "pollution" visuelle et "drame économique" qui amoindrit la valeur des biens immobiliers, affirme Mme Le Pen depuis Châlon-sur-Saône.

- "Vital" -

Le sujet a permis de rallier des candidats extérieurs au RN, tel Yves Bonnet en Normandie. L'ex-directeur du contre-espionnage et ex-député UDF, qui préside une association nommée "Patrimoine et Progrès", estime que "seul Nicolas Bay", candidat RN en Normandie, "peut mettre fin au mirage éolien".

Plus discrets sur la question, les Républicains réclament un "moratoire" sur l'éolien.

Face à cette vague, la ministre Barbara Pompili s'est appliquée vendredi à démonter les "contre-vérités" accablant l'éolien, lors d'une conférence de presse dédiée. Une première.

Oui, les énergies renouvelables sont intermittentes, mais le réseau gère et les progrès du stockage régleront le sujet. Oui elles sont déjà compétitives et le seront plus encore demain. Non, rien ne dit que l'éolien fait chuter les prix de l'immobilier, hors cas particulier, a-t-elle énuméré, dénonçant des "campagnes de désinformation alimentées avec cynisme par quelques opportunistes politiques".

Déployer l'éolien, "c'est vital" pour lutter contre le réchauffement climatique, a-t-elle plaidé. Et diversifier le bouquet énergétique de la France réduit "l'insécurité" liée à une trop forte dépendance au nucléaire.

Les pylônes transforment les paysages. Mais "j'aimerais qu'on ait les mêmes prescriptions pour les zones commerciales ou les panneaux publicitaires qui défigurent les entrées de ville", a-t-elle ajouté.

"Des citoyens se posent des questions, c'est normal, mais il faut se fonder sur des faits. Or ce débat est en train d'être infiltré politiquement car nous sommes dans des campagnes électorales, notamment par l'extrême droite et par des gens dangereux", a-t-elle dit, citant aussi l'activisme de Jean-Louis Butré.

- "Hérésie" -

Ce président de la Fédération environnement durable, qui regroupe la majorité des associations anti-éoliennes, affirme à l'AFP que son association est "a-politique" mais reconnaît que le RN "essaie de nous récupérer".

Cet ancien membre du CEA et de l'Institut français au pétrole, qui avait en 2014 reçu un prix du Cercle renaissance, proche de l'extrême droite, tient à parler à tout le monde. En avril, il a signé une tribune intitulée "Il n'y a pas d'urgence climatique", expliquant à l'AFP vouloir lutter "contre les certitudes acquises".

La ministre pointe aussi du doigt Xavier Bertrand, candidat ex-LR dans les Hauts-de-France, région concentrant une grande part des éoliennes de France, qui "se plaît à répandre l'idée que l'éolien serait une hérésie".

L'Etat et la filière affichent leur volonté de mieux répartir les installations. La ministre, qui reconnaît des erreurs dans le passé, parfois un manque de concertation, a demandé aux préfets de cartographier les zones susceptibles d'accueillir de futurs sites, et veut croire que l'éolien séduise une majorité de l'opinion.

Selon l'Institut de sûreté nucléaire (IRSN), 82% des Français ont une bonne image de l'énergie éolienne. Pour ce qui est de vivre près d'un site, le parc éolien est jugé comme le moins inacceptable: 41% des sondés accepteraient de vivre près d'éoliennes, 22% près d'une ligne à haute tension, 16% près d'une centrale nucléaire.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.