Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Le repreneur d'Alteo, leader de l'alumine, annonce 28 "départs volontaires"

Le repreneur de l'usine Alteo, leader mondial de l'alumine, United Mining Supply (UMS), a annoncé mercredi un plan "de départs volontaires" pour 28 salariés sur les quelque 500 du site dans le Sud-Est de la France.

"Nous nous sommes toujours engagés pour diminuer l'impact social. Nous sommes arrivés aujourd'hui à 114 suppressions de postes avec 86 nouveaux postes créés", a annoncé à l'AFP Alain Moscatello, président d'Alteo, à l'issue d'un Comité social et et économique extraordinaire.

"On a travaillé sur des postes de reclassement en interne. On n'aura pas de départs contraints", a assuré le dirigeant, en expliquant que les 28 salariés qui ne pourront être gardés se verront proposer un "plan de départ volontaire".

Le 7 janvier, le tribunal de commerce de Marseille avait confié l'avenir d'Alteo parmi les plus gros employeurs privés de la zone d'Aix-en-Provence, avec 500 salariés et 400 emplois indirects, à UMS, groupe implanté en Guinée, seul repreneur alors encore en lice.

Son offre prévoyait la suppression de 98 postes tout en promettant "de se rapprocher le plus possible de zéro".

Située à Gardanne, près d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), l'usine avait été placée en redressement judiciaire à la suite d'un effondrement de ses commandes et d'une crise du marché mondial de l'aluminium.

Dans son offre de reprise, UMS prévoyait de cesser la transformation de la bauxite, une roche rouge importée notamment de Guinée, mettant ainsi fin au procédé Bayer exploité sur place depuis 1894.

Il ne prévoit de n'importer plus que de la poudre brute d'alumine pour la raffiner sur place, s'épargnant ainsi de devoir stocker les résidus de bauxite, pointés du doigt par des habitants et des défenseurs de l'environnement.

"Nous allons arrêter le Bayer, l'importation de bauxite donc les postes impactés sont liés à ce processus", a expliqué M. Moscatello.

A l'inverse, les postes créés le seront grâce aux "investissements qui ont permis d'augmenter les capacités de broyage sur site" de la poudre brute d'alumine ainsi qu'au "développement des nouveaux investisseurs dans la responsabilité sociale et environnementale de l'entreprise".

Les négociations avec les syndicats devraient durer environ trois mois, les premiers départs s'échelonnant entre octobre et le premier trimestre 2022.

"Nous serons vigilants pour qu'il n'y ait pas de départs subis", a réagi le secrétaire du CSE et élu de Force Ouvrière, Bruno Arnoux, contacté par l'AFP.

est/iw/nth

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.