Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Le nucléaire "a de l'avenir en France", souligne Bruno Le Maire

"Nous croyons au nucléaire", une énergie qui "a de l'avenir en France", et dont l'avantage climatique doit aussi être reconnu au niveau européen, a déclaré jeudi le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.

"Certains en France estiment que le nucléaire est fini, dépassé, et qu'il faut passer à autre chose qui serait - pour faire simple - les énergies renouvelables", a-t-il dit lors d'un déplacement à Gonesse (Val-d'Oise), aux côtés de la ministre déléguée à l'industrie, Agnès Pannier-Runacher.

"Nous, avec Agnès, sous l'autorité du président de la République, nous croyons à une voie totalement différente. Nous croyons au nucléaire", a-t-il poursuivi.

"Nous estimons que le nucléaire a de l'avenir en France", a souligné Bruno Le Maire. "Nous pensons que c'est un atout considérable de compétitivité économique pour la France, que nous ne pourrons pas réussir la transition écologique sans le nucléaire".

Un rapport récent estimait que la France pourrait tirer l'essentiel de son électricité des énergies renouvelables à l'horizon 2050, à condition de remplir une série de conditions techniques strictes et cumulatives.

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, opposante au nucléaire de longue date, avait salué un "moment copernicien".

"Ce n'est pas parce qu'on est pour le nucléaire qu'on est contre les énergies renouvelables, au contraire", a estimé M. Le Maire, jugeant que les deux "se complètent" et qu'il faut "avancer sur ses deux jambes".

Ce débat sur l'avenir du nucléaire existe aussi au niveau européen, alors que la Commission européenne travaille actuellement sur une classification des investissements verts, nommée "taxonomie".

Certain pays (France, Pologne, République Tchèque...) sont favorables à l'inclusion du nucléaire dans cette classification, tandis que d'autres (Allemagne, Autriche) y sont opposés.

"Nous souhaitons que le nucléaire soit présent dans la taxonomie européenne" et "nous livrerons ce combat avec la plus grande détermination", a assuré Bruno Le Maire.

Les ministres ont visité jeudi une entreprise du secteur et signé un avenant au contrat stratégique de filière nucléaire, dont une première mouture datait du début 2019.

Il entérine notamment la création d'une "Université des métiers du nucléaire" pour dynamiser les formations dans ce secteur.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.