Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

La vallée des Merveilles, des touristes mais toujours moins de trains

C'est un trou de verdure où les trains circulent à 40 km/h, vers Tende, au coeur du Mercantour. Une merveille pour les touristes, un parcours du combattant pour les habitants qui redoutent un service encore dégradé après un rapport critique de la chambre régionale des comptes.

Furieux, le maire de Tende Jean-Pierre Vassallo et son collègue André Ipert, maire de Breil-sur-Roya se sont indignés que ce rapport demande d'"examiner la pertinence de maintenir des TER sur des lignes (...) qui transportent peu de voyageurs".

Le train pour Tende et celui de la Côte Bleue, entre Marseille et Miramas, "consomment 30% de la contribution régionale (64,4 millions d'euros sur 214,6 millions)" pour "2% de la fréquentation des TER de la région", écrit la juridiction financière.

La solidarité régionale et le principe d'équité territoriale conduisent à financer "des charges d'exploitation élevées couvertes qu'à 7% par les recettes tarifaires", ajoute-t-elle.

"C'est facile de faire ce constat, il a été préparé", s'insurge auprès de l'AFP M. Vassallo en signalant que la gare de Tende, toujours ouverte, n'a plus ni guichet ni distributeur de billets.

Ce train panoramique, 72 km à flanc de parois rocheuses, emprunte des tunnels anciens. Il est si lent aujourd'hui que la liaison Nice-Tende prend pratiquement autant de temps que le Nice-Turin de 1939, qui durait 2h45 en autorail.

Autre particularité, la maintenance est mise à la charge des Italiens en vertu d'une convention de 1970 faisant référence à des dommages de guerre et la renégociation entre Etats s'éternise.

"Avec ses quatre tunnels hélicoïdaux, ce train est un joyau technique qui devrait être classé au patrimoine mondial. La mauvaise fréquentation vient des horaires qui ne répondent pas aux besoins, des prix prohibitifs: Tende-Breil, c'est 6,60 euros pour 20 kilomètres et une heure de trajet!", explose M. Vassallo. "Avant de percer le Lyon-Turin, il faudrait déjà préserver ce qui existe".

- "Ligne de vie" -

En saison, environ 200 touristes montent à bord chaque jour, une manne pour Tende. Ce Train des merveilles est animé gratuitement par des guides conférenciers qui commentent les époustouflants paysages et les prouesses techniques accomplies pour passer du niveau de la mer à plus de 1.000 mètres d'altitude.

"La cour a une vision comptable, c'est normal. Mais alors comptons tout!!", s'emporte aussi M. Ipert à Breil-sur-Roya: "La fatigue, les accidents évités, les jeunes actifs qui continuent d'habiter ici. On est 6.000 habitants sur cinq communes. Si on prend ce critère-là, y a qu'à tout nous supprimer!"

La vallée, bucolique avec sa route de la fin du XIXe siècle, bâtie pour des diligences, est déjà pénalisée par le retard pris par le chantier du doublement du tunnel de Tende, stoppé en 2017 après un scandale de vol de matériaux et de fraude.

"On est un exemple parmi d'autres de ces lignes secondaires sacrifiées au tout TGV", accuse M. Ipert, décrivant le cercle vicieux du manque d'investissements. Retards, suppressions de train, lenteurs, à force, les gens prennent la voiture ou le car. "Après on fait des beaux discours sur le développement durable", soupire l'élu.

SNCF Réseau de son côté, assure avoir fait "beaucoup d'investissements". "La ligne est chère à entretenir", explique Jacques Frossard, directeur territorial, qui prévoit une vitesse bientôt encore plus lente de 10km/h en bout de ligne pour refaire la voute d'un tunnel.

Aucune des 15 gares ne va disparaître mais dès la rentrée scolaire, "quand il y a moins de dix personnes à bord du train, on va regarder pour le remplacer par un car", indique à l'AFP Philippe Tabarot, vice-président LR de la Région Sud Paca en charge des transports.

"La Cour n'a pas demandé qu'on supprime la ligne. Elle la trouve trop subventionnée", dit-il, jurant que le Train des Merveilles sera préservé: "C'est une ligne de vie, on en est conscient. Pour autant on doit respecter la conclusion de la Cour régionale des Comptes".

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.