La sous-traitance dans le nucléaire, "un risque gigantesque", selon le numéro un de FO

Le secrétaire général de Force ouvrière Pascal Pavageau a qualifié jeudi "de connerie monumentale" la sous-traitance dans le secteur nucléaire, en soulignant le "risque gigantesque" en matière de sécurité.

"La sous-traitance dans le nucléaire c'est simplement une aberration, une connerie monumentale, c'est un risque gigantesque, c'est faire prendre des risques bien évidemment aux salariés concernés", a-t-il dit sur France Inter, invité à commenter le rapport d'une commission d'enquête parlementaire publié jeudi.

"Ce que le rapport parlementaire est en train de découvrir, nous l'avons dit, en partie notamment sur la sous-traitance depuis maintenant à peu près six ans", a ajouté le numéro un de FO.

Il a souligné que la sous-traitance ne cesse d'augmenter: "80% dans la filière nucléaire de sous-traitance" alors qu'"en 2011 on était à 70% de sous-traitance". "C'est un risque pour l'ensemble des acteurs de la filière et évidemment un risque pour tout le monde".

Selon Pascal Pavageau, "il faut réinternaliser pour garder de la compétence durable sur quelque chose qui nécessite de la qualification et une ultra-compétence en matière de sécurité".

En outre, "il faut réfléchir à une convention collective du nucléaire" s'appliquant à tous les sous-traitants, par exemple le nettoyage, afin que "l'ensemble des conventions collectives qui aujourd'hui interviennent sur les centrales nucléaires soient au même niveau de formation et de qualification" que les 20% de salariés de la filière.

La commission parlementaire recommande de "favoriser la réintégration des compétences au sein des entreprises exploitantes afin de contenir le niveau de sous-traitance et de ce fait de mieux maîtriser la conduite des sites".

"On a une perte de compétences chez EDF sur des sujets absolument essentiels", a insisté sur France Inter Barbara Pompili, rapporteure de la commission d'enquête parlementaire et députée LREM, jugeant que la sous-traitance entraîne des "failles" qui "à force posent problème dans un secteur où il faut réduire le risque au minimum".

"Qu'il y ait de la sous-traitance sur certains points c'est tout à fait normal, mais là c'est trop", a-t-elle estimé.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.