Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Face à l'inflation, le dilemme quotidien des dépenses

Ne plus acheter de viande, reprendre le travail avec des enfants en bas âge, se chauffer au fioul ou moins se chauffer, raboter le budget loisirs et sport...

Une mère au foyer, une bibliothécaire et une infirmière, confrontées à l'inflation et à la flambée des coûts de l'énergie, témoignent de leurs difficultés quotidiennes.

Des sacrifices sur tous les plans

Devina Deketele, 21 ans, mère au foyer avec deux enfants à charge à Tourcoing (Nord)

"Tout a augmenté. L'électricité surtout. Je suis dans une maison avec quatre pièces et un loyer de 800 euros et je payais jusqu'ici 160 euros d'électricité, avec le tout électrique. Là, en septembre, c'est passé à 240 euros. Ça commence à m'inquiéter.

Les fruits, les légumes, tous les produits frais, c'est vraiment de plus en plus cher mais je veux continuer à en acheter pour les petits. Même le lait pour le bébé a augmenté. La viande aussi, même si j'en achète peu.

Moi, je suis au RSA, séparée, toute seule avec ma fille et mon bébé. On s'en sort comme on peut. Je fais mes comptes quinze fois par mois. Pour moi c'est fini les sorties, les verres entre copines. Je ne vais pas au cinéma, pas au restaurant, et voyager, je n'y pense même pas. Tout ce que j'arrive à économiser va aux enfants.

Je commence à chercher une assistante maternelle pour pouvoir travailler, parce que ce n'est pas possible de s'en sortir sinon.

Pour le moment, j'ai réussi à gérer assez bien, avec mes APL et les allocations familiales, je réussis à ne jamais être à découvert. En fin de mois, il me reste généralement entre 50 et 100 euros, en cas de problème.

Je n'ai pas d'aide de mes parents, ni de pension alimentaire, c'est serré mais je n'ai jamais eu recours aux banques alimentaires.

Cette inflation, je m'y attendais, tout le monde en parle, mais c'est sûr que ça fait mal. Et je sens bien que les prix vont augmenter encore. Je ne vois pas du tout dans quelle dépense je pourrais encore couper.

Surtout que l'hiver approche et, cette fois, je vais devoir me chauffer un peu au pétrole. J'ai pas le choix, parce que mon budget est trop serré, je n'ai plus de marge."

Des économies sur chaque dépense

Chloé (n'a pas souhaité donner son nom de famille), 33 ans, bibliothécaire en banlieue parisienne

"Je suis payée 1.530 euros net par mois. Officiellement je suis fonctionnaire de catégorie C car je n'ai pas le concours, mais j'occupe un poste de catégorie B. Notre salaire augmente chaque année, mais de quasiment rien.

Je paye 650 euros pour une colocation en banlieue, 700 avec électricité et gaz, je ne pourrais pas vivre seule ou à Paris.

Si tout augmente -déjà que je suis en train de mettre en place plein de petits trucs pour économiser- je me demande ce que je vais pouvoir faire en plus. Je ferai attention au chauffage, pour les courses je fais déjà hyper gaffe.

Je ne peux pas changer de supermarché car je n'ai pas de voiture. Je prépare tous mes repas, je ne vais pas manger à l'extérieur sauf à l'occasion, avec des amis.

Les transports hors région parisienne ont énormément augmenté. Je peux moins souvent revenir en province pour voir ma famille. Je privilégie le covoiturage.

J'ai vécu à l'étranger, chacun ses passions, moi, c'est les voyages. Cela me fait mal au coeur, mais je trouve des moyens de voyager moins cher.

J'essaye de me garder un petit budget loisirs, un verre en terrasse quand je vais à Paris voir mes amies, mais j'ai renoncé à l'abonnement à une salle de sport, je fais plutôt des choses gratuites: du vélo, de la marche. Même les bibliothécaires aiment avoir leurs propres livres, mais j'ai restreint.

A la fin du mois je mets zéro argent de côté. Après, s'il y a des imprévus, même médicaux, ce serait à l'employeur de suivre un peu."

Dilemmes professionnels face au fardeau du carburant

Janis Francazal, 39 ans, infirmière libérale près de Moissac (Tarn-et-Garonne)

Avec des tournées d'environ 150 km par jour, son budget carburant est passé d'environ 350 euros par mois à près de 500.

"On a rééquilibré la tournée pour avoir des patients dans la même zone et éviter les allers-retours.

Mais on a une remplaçante qui a abandonné, ça faisait trop de kilomètres pour elle.

On a les aides à la pompe, comme tout le monde, mais maintenant, un patient excentré qui va nous demander une prise en charge, ça va être plus compliqué, peut-être qu'on ne va pas le prendre.

Certains cabinets vont être obligés de faire des choix, d'autres ont déjà commencé à dire non.

On veut mener une politique de maintien à domicile, mais si on ne donne pas les moyens aux acteurs du maintien à domicile de faire leur travail en étant rémunérés de manière décente, ça va se complexifier..."

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.