Environnement

Malgré Trump, villes et Etats américains respectent leurs engagements pour le climat

Des manifestants réunis devant la Maison Blanche à l'occasion de la "Marche pour le climat", le 29 avril 2017.
©Nicole S Glass/Shutterstock

Selon l'ONU, le retrait des Etats-Unis de l'Accord de Paris n'a pas eu d'effets sur la trajectoire du pays en vue d'atteindre les objectifs fixés en 2015, grâce à une forte mobilisation des villes et des Etats.

Les Etats-Unis sont toujours dans la course. Jeudi, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a indiqué que le pays était sur la bonne trajectoire "pour atteindre les objectifs fixés par l'Accord de Paris sur le climat", rapporte l'Agence France-Presse (AFP), et ce malgré la décision de Donald Trump en 2017 de sortir de cet accord.

Une situation due notamment à un engagement "très fort" de la part de villes et de beaucoup d'Etats, explique M. Guterres, "si bien que certains indices vont même dans une meilleure direction que ce qui a été le cas récemment". En 2015, les "Etats-Unis s'étaient engagés à une réduction de 26 % à 28 % de leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2025 par rapport à 2005", rappelle de son côté l'AFP. 

Pour justifier le désengagement de l'Accord de Paris, Donald Trump avait pointé du doigt des restrictions en mesure de nuire selon lui aux intérêts américains, une prise de position largement critiquée à travers le monde. Il faudra cependant attendre 2020 pour que ce retrait devienne effectif, souligne encore l'AFP, même si la Maison Blanche "dispose (déjà) de leviers pour pour entraver la lutte contre le réchauffement climatique". Par exemple, l'assouplissement de la réglementation sur les émissions de gaz à effet de serre et la consommation de carburant des véhicules, qui pourrait être mis en place prochainement.