ID d'ailleurs

Norvège : l'élevage d'animaux à fourrure sera interdit d'ici 2025

©ChiccoDodiFC/Shutterstock

La Norvège va bannir les élevages d'animaux à fourrure d'ici 2025. Une décision éthique, mais aussi politique. 

Les 250 fermes d'élevage d'animaux à fourrure du pays fermeront toutes leurs portes dans les sept prochaines années. La Norvège est le premier pays nordique à prendre une telle décision, à la fois éthique, économique et politique. 

La directive annoncée par la Première Ministre, Erna Solberg, le 14 janvier dernier, doit encore être votée au Parlement, mais semble sur une tendance plutôt majoritaire. La mise en place de cette législation est judicieuse pour la conservatrice, lui permettant de se rapprocher du Parti Libéral, un petit parti de centre-droite norvégien, défenseur de la cause animale

En 2013, la Norvège ne représentait plus que 3 % des peaux vendues dans le monde. Autrefois leader, les pays nordiques ont été doublés par la Chine, aujourd'hui 69 % du marché mondial de l'industrie de la fourrure. Selon les économistes, elle continuera son déclin dans les années à venir. La baisse de l'engouement des créateurs pour le vison et le renard paraît être l'un des facteurs de ce recul. Dans un pays à 68 % opposé à cette industrie, l'écrasante majorité de la production actuelle est destinée à de l'export (à 99 %). 

Les fourreurs en mauvaise posture

La fermeture de ces fermes d'élevage qui exploitent actuellement 610 000 visons et 150 000 renards, indique Le Monde, ne profite pas à tout le monde. Guri Wormdhal, porte parole de l'association des fourreurs norvégiens pointe une perte à venir de 45 millions d'euros pour le pays par la suppression du métier, ainsi qu'une catastrophe économique pour les 400 employés des fermes du pays, comme le rapporte Reuters. Les fourreurs devraient être dédommagés d'un certain montant, lequel sera établi lors du vote parlementaire dans les prochains jours. 

La Norvège s'ajoute à la liste des 14 pays européens « anti-fourrure ». En 2000, le Royaume-Uni était le premier pays au monde à mettre en place cette législation.