Le chiffre

Il est maintenant minuit moins deux avant la fin du monde

©HE68/Shutterstock

L'horloge symbolique, utilisée par les scientifiques pour souligner l'éventualité d'une catastrophe globale, est à son plus proche de minuit depuis la guerre froide.

La grande aiguille a bougé dans le mauvais sens. Pour son actualisation annuelle, l'horloge de l'apocalypse, ou « Doomsday Clock » en anglais, a été avancée de 30 secondes par rapport à 2017, pour s'établir à deux minutes avant minuit, cette dernière échéance représentant l'éventualité d'un cataclysme planétaire.

Un évènement qui s'explique principalement, selon les experts du bulletin des scientifiques de l'atome -comptant notamment 15 prix Nobel-, par « l'imprévisibilité » du président américain Donald Trump, mais aussi par la course aux armements engagée par des pays tels que la Chine, le Pakistan ou l'Inde. Ces éléments débouchant sur un risque accru de conflit nucléaire.

Parmi les autres préoccupations des chercheurs, le changement climatique arrive en bonne position, notamment suite au retrait des États-Unis de l'accord de Paris mais aussi à cause de l'inefficacité des politiques actuelles face à ces nouveaux défis. Un contexte qui rend « la situation de la sécurité mondiale plus dangereuse qu'il y a un an -et aussi dangereuse qu'elle ne l'a été depuis la Seconde Guerre mondiale ».