Environnement

Canicule : 20.000 arbres pour lutter contre les îlots de chaleur à Bordeaux

La Porte Cailhau à Bordeaux traduisant de l'artificialisation des sols de l'espace public dans la ville.
© LucVi / Shutterstock

Bordeaux s'est lancé dans une "nouvelle dynamique" de végétalisation de son espace public avec la plantation de 20.000 arbres d'ici 2025 afin de contrer les effets du réchauffement climatique, a annoncé mercredi le maire Nicolas Florian.

"La ville, qui a un patrimoine minéral assez enraciné, doit s'adapter" aux conséquences du réchauffement climatique, notamment aux îlots de chaleur urbains, a expliqué M. Florian lors d'une conférence de presse, quelques jours après l'épisode caniculaire qui a touché la majorité de la France, dont la Gironde.

S'adapter aux nouvelles contraintes climatiques

Lors d'un vote, le conseil municipal a fait le constat que les canicules estivales, qui vont devenir plus fréquentes, plus longues et plus intenses, rendent nécessaire une "stratégie de résilience nouvelle". Le plan "canopée" de la ville prévoit de planter 3.000 arbres par an en moyenne d'ici 2025, contre un peu moins de 1.000 actuellement.

Des sanctions pour les entreprises qui ne jouent pas le jeu

La ville met également en place un "comité de l'arbre" composé de citoyens, acteurs associatifs et experts et qui émettra des avis sur tous les projets de végétalisation et de coupes d'arbre (300 en 2018). Elle a également décidé de sanctionner financièrement les entreprises de travaux qui ne respectent pas les règles de protection des arbres et de leurs racines sur les chantiers.

Trop d'espaces aux sols artificiels

Bordeaux se définit comme "une ville verte" (12 % du territoire, 46.000 arbres dans l'espace public selon la mairie) mais, de l'avis général, les opérations d'urbanisme qui ont transformé le centre-ville depuis une vingtaine d'années ont débouché sur une certaine artificialisation des sols de l'espace public, via leur piétonnisation et l'intégration du tramway

Des "îlots de chaleur" transformés en "îlots de fraicheur"

C'est le cas sur la place Pey-Berland, où se trouve la mairie et la cathédrale. Son aménagement avec des grandes dalles en fait une "espèce de four" l'été, selon Magali Fronzes, adjointe au maire chargée de la nature en ville et des espaces verts. La ville a décidé d'y installer pour l'été un "îlot de fraîcheur" temporaire, avec des arbres bas et 800 m2 de toiles, et a demandé à ses concepteurs de réfléchir à la "végétaliser" de façon pérenne. Trois ou quatre autres places subiront un lifting de ce type.

Pour Nicolas Florian, il ne s'agit pas non plus de végétaliser tous les lieux publics, surtout s'ils sont peu fréquentés, mais d'être dans une logique "de ne plus artificialiser les sols".

Avec AFP 

Vous avez apprécié cette information ? Pour nous permettre de préserver notre indépendance et vous proposer des contenus toujours plus nombreux et rigoureux, vous pouvez soutenir notre travail. 

Si vous avez une minute et 1€, cela peut faire la différence pour nous. Merci ! #TousActeurs.