Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Environnement

Agriculture : le label HVE devant le conseil d’Etat pour "tromperie"

©FelixMittermeier/Pixabay

Plusieurs associations ont saisi le Conseil d’Etat pour demander la suppression du label gouvernemental HVE.

Un collectif composé d’associations de défense des consommateurs, de l’environnement et de la santé, d’agriculteurs et d’entreprises biologiques -parmi lesquelles UFC Que Choisir et Synabio- s’est attaqué au label agricole Haute Valeur Environnementale (HVE). Mis en place en 2011, il vise a "récompenser des modes de production censés être particulièrement respectueux de l’environnement".

Toutefois, le collectif affirme que, selon des études produites par l’Office Français de la Biodiversité et l’IDDRI, le contenu du label n'est "pas plus exigeant que la moyenne des pratiques agricoles françaises", et ce malgré une révision du référentiel entreprise par le gouvernement en novembre 2022. Raison pour laquelle il a décidé de saisir le conseil d’Etat "pour faire reconnaître la tromperie du consommateur qui dure depuis plus de 10 ans et mettre un terme au greenwashing entretenu par cette mention."

La HVE n’a jamais eu comme réelle finalité d’avoir une performance environnementale élevée. Si cela avait été le cas, le référentiel aurait été bien plus ambitieux. Il aurait alors pu aider les agriculteurs à réfléchir à leurs pratiques et à les faire progressivement évoluer.

Un label "trompeur"

Dans le détail, le rapport de l’Office Français de la Biodiversité de 2022 indique que le respect des règles environnementales de base de la Politique Agricole Commune n’est pas exigé, mais aussi que l’utilisation d’intrants chimiques comme des engrais et pesticides de synthèse est pour sa part autorisée.

"La HVE n’a jamais eu comme réelle finalité d’avoir une performance environnementale élevée. Si cela avait été le cas, le référentiel aurait été bien plus ambitieux. Il aurait alors pu aider les agriculteurs à réfléchir à leurs pratiques et à les faire progressivement évoluer", affirme le collectif. "Le problème c’est qu’en l'état actuel, et alors qu’il est de plus en plus apposé sur les produits, il n’est qu’un label trompeur pour les consommateurs et les citoyens en général qui y voient, par méconnaissance, un modèle agricole ayant un impact positif pour l’environnement. L’enjeu de notre recours collectif est de démontrer que malheureusement c’est loin d’être le cas et qu’il n’est pas acceptable de faire perdurer un tel mensonge."

Vous avez apprécié cette information ? Abonnez-vous à notre newsletter en cliquant ici ! 

Pour aller plus loin et agir à votre échelle, découvrez notre guide Idées Pratiques #11 : "Tout savoir sur l'alimentation bio".

Au sommaire : enjeux, analyses, entretien décryptages... 68 pages pour démêler le vrai du faux du bio !

©ID

Cliquez ici pour découvrir et commander votre guide Idées Pratiques.

#TousActeurs