Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Départ de plutonium pour le Japon début septembre, selon Greenpeace

Du MOX, un combustible nucléaire composé notamment de plutonium, va partir début septembre de Cherbourg (Manche) pour le Japon, a affirmé jeudi Greenpeace interrogé par l'AFP.

"Ce sera la semaine du 5 septembre", a déclaré Yannick Rousselet, chargé de campagne nucléaire auprès de Greenpeace France.

Le groupe nucléaire Orano a confirmé dans un communiqué qu'il allait "procéder prochainement au huitième transport de combustible MOX de la France vers le Japon".

Mais ni la date précise ni lieu de départ ne seront communiqués avant le départ du transport, "pour des raisons de sécurité", a précisé le service de presse d'Orano.

Pour Greenpeace, "dans une monde aujourd'hui extrêmement déstabilisé, en crise aussi bien avec la Russie que aujourd'hui avec la Chine et Taïwan, transporter des matières aussi dangereuses d'un point de vue prolifération nucléaire est complètement irresponsable".

Sur ce point, le service communication d'Orano précise que "ce transport a fait l'objet d'une préparation minutieuse avec les pouvoirs publics nationaux et internationaux qui ont donné l'autorisation pour son organisation et défini un plan de sécurisation adapté à la matière transportée".

"Le plutonium contenu dans le MOX n'est pas le même que celui utilisé par les militaires", ajoute l'entreprise.

Pour Yannick Rousselet, "on peut parfaitement" fabriquer une bombe avec ce plutonium. "L'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique, NDLR) l'a dit", assure-t-il.

"Il va y avoir encore des moyens considérables de protections, une escorte militaire en mer. C'est bien parce que justement ça peut être utilisé pour faire des bombes", poursuit-il.

Selon M. Rousselet, le convoi transportera 629 kg de MOX. Selon lui, le MOX est composé de 8% de plutonium et il "suffit de 6 à 8 kg" de plutonium pour fabriquer une bombe. Selon Orano, le MOX est composé de 3 à 12% de plutonium.

"Orano va encore déclencher, aux frais des contribuables, tout un mécanisme considérable de protection pour finalement" une quantité "extrêmement petite" de MOX, ajoute M. Rousselet.

Selon Orano, le MOX est un combustible nucléaire qui permet le recyclage de combustibles usés. Il est en effet fabriqué à partir de matières issues des combustibles irradiés dans les centrales pour fabriquer de l'électricité.

Il ne représente toutefois que 10% du combustible utilisé dans les centrales françaises, selon Orano.

clc/adr/gvy

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.