Contributeur de longue date du Giec, l'agronome Jean-François Soussana nommé président du Haut conseil pour le climat

L'agronome Jean-François Soussana, spécialiste de la santé des sols et du changement climatique qui a participé pendant plus de 20 ans aux rapports du Giec, prend la tête du Haut conseil pour le climat (HCC), l'organisme indépendant chargé d'évaluer l'action climatique de la France, selon un décret publié jeudi au Journal officiel.

Ce vice-président de l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (Inrae) succède à la climatologue franco-canadienne Corinne Le Quéré, à l'occasion du premier renouvellement de ce conseil de 12 experts installé en 2018 par Emmanuel Macron et dont le premier mandat arrivait à échéance le 24 juin.

"C'est heureux que le gouvernement sortant ait fait le nécessaire pour que ce renouvellement ait lieu avant le début de la grande période de flou qui pourrait prendre place dans 20 jours, alors que le Premier ministre en exercice n'avait pas montré un goût particulièrement prononcé pour le sujet", a réagi l'un des membres du Haut Conseil pour le climat (HCC), l'ingénieur Jean-Marc Jancovici, sur le réseau social LinkedIn.

Le nouveau mandat de cinq ans du HCC "constitue une perspective importante d'assurer l'évaluation des politiques publiques concernant le changement climatique, qu'il s'agisse des impacts, de l'adaptation, et de l'objectif de décarbonation de la France", s'est félicité Jean-François Soussana, joint par l'AFP.

Jean-François Soussana a contribué dès 1998 et pendant plus de 20 ans aux travaux du Giec, les experts climatiques mandatés par l'ONU. Il a notamment été l'un des auteurs principaux du groupe chargé d'évaluer les impacts du changement climatique dans le 4e rapport du Giec, couronné par le prix Nobel de la Paix en 2007.

Né en 1959, ce docteur en physiologie végétale a mené dès les années 80 des travaux sur l'écologie des prairies et les cycles du carbone et de l'azote affectés par l'effet du changement climatique.

Il a ensuite "dirigé un laboratoire de recherche sur les écosystèmes et les changements globaux" au sein de l'Inra, devenu Inrae en 2020. A cette date, il devient vice-président de ce prestigieux institut de recherche, chargé des programmes internationaux, en particulier sur l'agriculture, les sols et le changement climatique, selon les sites du HCC et de l'Inrae.

M. Soussana est également l'un des 15 experts qui composent depuis 2022 le Conseil scientifique consultatif européen, équivalent en quelque sorte du HCC au niveau de l'Union européenne.

"Ça a compté dans le choix" de cette personnalité, déjà membre du HCC depuis sa création et qui était "très impliquée" lors du premier mandat, glisse un collaborateur du gouvernement.

La nouvelle mandature prévoit dans l'année qui vient un projet de rapport sur la nouvelle stratégie nationale bas carbone (SNBC) et un autre sur la déclinaison territoriale de la transition et de l'adaptation, a indiqué M. Soussana à l'AFP.

Le HCC accueille quatre nouveaux membres, selon le décret du Premier ministre publié jeudi: l'inspectrice générale des finances Selma Mahfouz, coautrice avec l'économiste Jean Pisani-Ferry d'un rapport de référence sur le financement de la transition écologique, le professeur d'écologie Paul Leadley et le spécialiste de l'érosion côtière Gonéri Le Cozannet, qui ont tous deux été auteurs du Giec, et la directrice en France de l'ONG Transport & Environment, Diane Strauss.

Huit membres, dont la climatologue Valérie Masson-Delmotte et l'artisane de l'accord de Paris Laurence Tubiana, sont reconduits au sein de cet aréopage français du climat, placé auprès du Premier ministre.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.