Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

"Coalition climat": rencontre, cordiale mais infructueuse, entre les équipes de Villani et Hidalgo

Les équipes d'Anne Hidalgo, maire (PS) sortante et candidate à sa réélection, et de l'ex-LREM Cédric Villani, se sont rencontrées la semaine dernière, mais ne sont pas parvenues à un accord pour les municipales à Paris, a appris jeudi l'AFP de sources concordantes.

En décembre, le candidat écologiste David Belliard a proposé la création d'une "Coalition climat" allant de La France insoumise (avant le refus catégorique de la candidate Danielle Simonnet), au mathématicien Cédric Villani en passant par Anne Hidalgo, pour "mettre l'écologie au coeur des actions" publiques à Paris.

Cette coalition, qui pourrait voir le jour après le premier tour des municipales le 15 mars, constituerait l'esquisse d'une majorité possible pour diriger l'Hôtel de Ville.

"Ils (les proches d'Anne Hidalgo, ndlr) ont été intéressés par une discussion avec Cédric Villani", a précisé le directeur de campagne de Cédric Villani, Baptiste Fournier.

"La réponse est claire, nette et précise : c'est inenvisageable !", a-t-il ajouté, estimant qu'"Anne Hidalgo est la candidate, et elle est comptable d'un bilan qui n'est pas satisfaisant".

Depuis des semaines, des rumeurs de rapprochement entre les écologistes et le camp de Villani, ou de ce dernier avec l'équipe d'Anne Hidalgo, circulent.

Interrogé par l'AFP, le directeur de campagne d'Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire, a assuré que l'équipe "Paris en Commun" (plateforme de soutiens à Anne Hidalgo) "voit tout le monde sauf LREM (La République en marche), et son candidat Benjamin Griveaux, et la droite, avec qui (une alliance) n'existera pas".

"Une +Coalition climat+ sans Anne Hidalgo à Paris, ça n'existe pas!", martèle son premier lieutenant.

Les proches de la maire sortante estiment que les règles du jeu sont claires : "C'est celui ou celle qui arrive en tête qui mène la coalition".

Pour un proche de la maire sortante, "il est clair que depuis le début, l'objectif est d'empêcher Anne Hidalgo de faire une majorité". Et "chez Villani, ils s'imaginent qu'ils pourront gagner en devenant le plus petit dénominateur commun", capable de récolter les voix du centre, de la gauche et d'une partie des Marcheurs.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.