Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Climat: la région Paca veut créer une taxe sur les poids lourds en transit

Le président LR de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Renaud Muselier, a annoncé mardi à Marseille sa volonté de créer prochainement une taxe sur les poids lourds en transit sur le territoire régional, destinée à financer le développement des transports en commun.

"Nous développerons les transports en commun grâce à une taxe sur les poids lourds en transit qui usent nos infrastructures et polluent notre air", a indiqué M. Muselier à la presse en marge de la première édition de la rencontre internationale "Méditerranée du futur", sur le thème du climat.

Plusieurs régions, dans un Livre blanc sur la mobilité publié le 16 novembre, s'étaient dites prêtes à expérimenter, face au désengagement de l'Etat et à leurs responsabilités accrues, de nouvelles "redevances régionales d'infrastructures" de type écotaxe.

En place dans plusieurs pays, une taxe poids-lourds, connue sous le nom d'écotaxe, avait été abandonnée, notamment à cause de la fronde des Bonnets rouges en Bretagne, lors du quinquennat Hollande, en 2013.

"Notre région doit devenir le moteur des accords sur le climat", a déclaré M. Muselier qui entend "faire de Provence-Alpes-Côte-d'Azur la région du bien-être en lui permettant d'avoir une COP d'avance".

La région Paca va consacrer 20% de son budget 2018 à l'environnement, et ce montant atteindra "30% à la fin de mon mandat", a également affirmé M. Muselier qui détaillera les mesures prises, en annonçant, le 8 décembre, un "grand plan climat".

Les mesures porteront notamment sur le développement des énergies solaire et éolienne offshore et la dépollution des fonds marins.

"La Méditerranée du futur sera un carrefour, une transition et un passage", a pour sa part déclaré le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian lors d'un discours prononcé au colloque. "Il nous faut inventer une politique méditerranéenne de la jeunesse qui doit faire de l'éducation, de la formation professionnelle, de la coopération universitaire les chantiers prioritaires de son action", a insisté le ministre.

"Un forum informel et régulier des acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux réunissant toutes les forces vives de la Méditerranée pourrait traduire régulièrement à Marseille cette réalité pour créer la Méditerranée du futur", a aussi suggéré M. Le Drian.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.