Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Chez Siemens, le climat en étendard pour séduire les jeunes en apprentissage

Face à la pénurie de main-d'oeuvre dans l'industrie, le groupe allemand Siemens met en valeur ses engagements en termes de développement durable pour lui-même et ses clients auprès des jeunes recrues qu'elle veut fidéliser dès l'apprentissage. Car "nos technologies répondent aux enjeux du réchauffement climatique", explique Barbara Ofstad, responsable de la formation professionnelle chez Siemens en Allemagne.

Q: Comment fonctionne l'apprentissage chez Siemens ?

R: Chez Siemens, l'apprentissage est un élément vital pour attirer de jeunes talents afin qu'ils puissent grandir au sein de l'entreprise et constituer le vivier de salariés du futur.

En Allemagne, c'est une grande tradition. 47% de nos cadres viennent de l'apprentissage contre 39% issus d'un parcours académique dans les secteurs techniques. Siemens Allemagne compte environ 3.600 apprentis (dont 1.300 ont commencé leur apprentissage en alternance en 2022) au niveau scolaire à partir de 16 ans, et dans le supérieur (...) Les apprentis en Allemagne ne connaissent pas le chômage. 80% d'entre eux restent chez Siemens en fin d'apprentissage. En France, Siemens accueille 400 apprentis en moyenne chaque année et 30% restent dans le groupe et son écosystème à l'issue de leur apprentissage. La volonté est évidemment de faire progresser ce taux d'intégration. Et il y a plus de jeunes filles proportionnellement chez Siemens France: 38% d'apprenties - avec un objectif de 50% - contre 20% en Allemagne.

Q: Qu'avez-vous mis en place pour lutter contre la désaffection pour certains métiers scientifiques ou techniques ?

R: Partout, on sent une pénurie des compétences liées au numérique notamment. En France, nous essayons d'intéresser et de sensibiliser les jeunes aux métiers techniques, aux sciences et aux métiers de l'industrie très tôt, nous allons dans les écoles, ouvrons nos portes pour des visites de nos sites par exemple, et nous participons à des salons comme le Hub de l'alternance.

Nous avons un système de parrainage d'anciens apprentis mis en place pour recommander l'apprentissage à d'autres étudiants, nous travaillons aussi avec l'association "Elles bougent" pour sensibiliser les jeunes filles à nos métiers et nous bâtissons des partenariats avec des CFA (centres de formations d'apprentis).

Nos besoins de recrutement sont importants, car nous répondons aux enjeux actuels - transitions digitale, écologique et énergétique- en combinant mondes numérique et physique.

Q: Et pour convaincre les jeunes, souvent défenseurs engagés du climat, de rejoindre votre groupe ?

R: En Allemagne, nous suivons attentivement l'évolution de chaque apprenti.es. Nous mettons également en valeur les objectifs de développement durable de l'ONU dans notre campagne de publicité d'apprentissage et nous les avons intégrés dans nos cursus. Nous devons convaincre les jeunes avec des exemples concrets. Chez Siemens, nos activités attirent des jeunes en quête de sens car nos solutions répondent aux grands enjeux comme le réchauffement climatique, que ce soit en termes de solutions pour rendre les bâtiments neutres climatiquement ou plus sobres énergétiquement, l'installation des bornes de recharge de véhicules électriques ou les trains électriques ou à hydrogène. On montre aux jeunes que l'on peut avoir un impact positif sur la société.

im/ak/rhl

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.