Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

"Ca va être dur": les cadres de l'Etat s'attaquent à l'"Everest" de la transition écologique

Un "Everest" à gravir d'ici à 2050: une centaine de hauts fonctionnaires réunis mardi à Paris ont testé différents leviers pour diviser par cinq l'empreinte carbone des Français, une tâche à l'ampleur "un peu démesurée", selon nombre de participants.

Spécialiste du développement durable, cadre du numérique, pilier du ministère de l'Agriculture... dans une petite salle de formation de l'Institut national du service public (INSP, ex-ENA), treize cadres de divers ministères prennent connaissance de leur mission de la matinée.

D'ici à 2050, pour arrêter d'émettre davantage de gaz à effet de serre que la Terre ne peut en absorber, "chacun doit réduire son empreinte carbone annuelle à deux tonnes d'équivalent CO2", dit Olivier Pons Y Moll au groupe numéro 1.

Or "ces dernières années", un Français a émis en moyenne "9,5 à 10 tonnes" d'équivalent CO2 chaque année, ajoute le formateur chargé d'animer un des huit "Ateliers 2 tonnes" proposés mardi aux hauts fonctionnaires.

L'affirmation fait réagir un participant. "On arrive aujourd'hui à avoir une baisse de l'empreinte (carbone moyenne) sur les cinq à dix dernières années", insiste ce cadre du ministère de la Transition écologique. "En 2021, on était à neuf tonnes. C'est encore trop mais c'est quand même 10% de moins" que 10 tonnes, ajoute-t-il.

Reste néanmoins à tracer un chemin vers l'objectif de deux tonnes.

Journée sans viande rouge, rénovation des logements, développement des transports en commun et du télétravail: tout au long des huit étapes de l'atelier, les participants doivent choisir les politiques publiques et les gestes individuels à mettre en oeuvre pour diminuer l'empreinte carbone des Français, et en écarter d'autres.

Au fur et à mesure de la matinée, le groupe découvre l'impact en tonnes de carbone de chacun de ses choix.

Commencé dans la bonne humeur, l'atelier se termine par un soupir collectif: avec les politiques publiques et les gestes retenus par le groupe, l'empreinte carbone moyenne des Français ne baisserait qu'à environ six tonnes d'équivalent CO2 par an.

"On est encore loin des deux tonnes", souffle une des trois femmes du groupe à la fin de la matinée. "Il ne faut pas être bisounours, ça va quand même être dur, la transition écologique...", avance cette haute fonctionnaire du ministère de l'Economie.

Un constat confirmé par les résultats des sept autres groupes: aucun n'est parvenu à abaisser l'empreinte carbone en dessous de 3,17 tonnes d'équivalent CO2.

- Embarquer les Français -

"On avait vraiment l'impression d'avoir fait beaucoup d'efforts et on n'y est toujours pas arrivés", se désespère une membre du groupe numéro 3, qui a abouti à une empreinte carbone de 4,71 tonnes d'équivalent CO2 en 2050.

"On est face à un Everest", confirme Pierre-Alix Lloret, coconcepteur de l'Atelier 2 tonnes.

Mais "il y a plusieurs itinéraires pour arriver au sommet de cet Everest: certains vont dire +il faut interdire+, d'autres +il faut accompagner, subventionner+... c'est à nous de le choisir", poursuit-il.

Un appel à l'action et à l'optimisme déjà formulé dans la matinée par le ministre de la Transformation publique Stanislas Guerini, qui invitait la centaine de cadres présents à "sortir de cet atelier avec l'envie de faire".

"On a besoin de messages positifs, ça entraîne davantage encore le changement", a-t-il encore assuré.

A la fin des ateliers, la nécessité "d'embarquer" un maximum de Français dans le mouvement de réduction des émissions fait d'ailleurs consensus.

"On n'attaque pas un bilan carbone sans avoir sensibilisé ses équipes, sinon on ne l'emmène pas", assène Olivier Pons Y Moll à son groupe, qui n'est parvenu à "embarquer" que 16% des Français avec ses choix de politiques publiques.

Avant d'impliquer l'ensemble de la société, les cadres de l'Etat sont d'abord appelés à diffuser les connaissances acquises mardi au sein de leur ministère.

D'ici à la fin du quinquennat en 2027, l'objectif du gouvernement est de former les 5,7 millions d'agents publics à la transition écologique.

"On a une fenêtre d'opportunité, mais si on tergiverse, on va être contraints par les conséquences d'un climat qui se réchauffe", avertit la climatologue Valérie Masson-Delmotte, venue conclure les échanges.

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.