Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Boulogne-sur-Mer: 250 personnes manifestent contre la pêche électrique

Quelque 250 personnes, dont une majorité de pêcheurs, ont manifesté samedi après-midi à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) pour réclamer l'interdiction "totale" et "immédiate" de la pêche électrique en Europe, a constaté un correspondant de l'AFP.

Cette technique de pêche est pratiquée par "84 chalutiers (néerlandais, ndlr) qui viennent piller les ressources dans nos eaux territoriales", selon Stéphane Pinto, représentant des fileyeurs du littoral Hauts-de-France. Elle est dénoncée depuis plusieurs années par les petits artisans pêcheurs.

La pêche électrique consiste à envoyer depuis un chalut des impulsions électriques dans le sédiment pour y capturer des poissons vivant au fond des mers.

Elle est interdite en Europe depuis 1998, mais la Commission européenne permet sa pratique depuis 2006 dans le cadre d'un régime dérogatoire exceptionnel.

"La sole, espèce cible de la pêche électrique, représentait 80% de notre chiffre d'affaires, aujourd'hui, ce chiffre est descendu à 50%" car les ressources sont "pillées", a pointé M. Pinto.

Face à ce constat, certains marins ont déjà vendu leurs bateaux. D'autres, comme Florent Lhomel, se diversifient. Propriétaire du Saint-Christophe II, le pêcheur a été obligé de se lancer dans la pêche au casier à bulots pour maintenir son chiffre d'affaires. "Je n'ai pas le choix : j'ai encore 10 ans de crédit pour payer mon bateau. Il faut que ça cesse."

Plusieurs responsables politiques (En Marche, EELV, La France Insoumise), sont venus rejoindre le cortège.

Après avoir comparé la pêche électrique à "une arme de destruction massive des ressources halieutiques et des pêcheurs artisans", le député européen Yannick Jadot a envoyé un message au chef de l'Etat : "J'appelle le Président Macron à venir à Boulogne-sur-Mer pour rencontrer les pêcheurs, afin qu'il se rende compte du boulot effectué et qu'il combatte à vos côtés".

En janvier dernier, le Parlement européen s'est prononcé en faveur de l'interdiction de la pêche électrique, mais les pêcheurs craignent aujourd'hui que le trilogue entre le conseil des ministres, le Parlement et la Commission européenne prévu en novembre ne vienne "étouffer ce vote".

Présente à Boulogne-sur-Mer aux côtés des pêcheurs, la présidente de l'ONG Bloom, Claire Nouvian, a dénoncé "l'influence profonde des lobbies industriels sur la conduite des affaires publiques".

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.