Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Aviation: création d'Imothep, un consortium de recherche sur la propulsion hybride électrique

Une trentaine d'industriels du secteur aéronautique et d'organismes de recherche européens ont lancé lundi Imothep, un projet de recherche sur la propulsion hybride électrique à destination de l'aviation commerciale, a annoncé l'Onera, le laboratoire français de recherches aéronautiques et spatiales.

"Le but ultime du projet est de franchir une étape clé dans l'évaluation du potentiel de la propulsion hybride électrique pour réduire les émissions de l'aviation commerciale et de construire la feuille de route technologique européenne pour son développement", explique l'Onera, chef de file du projet dans un communiqué.

Imothep est doté d'un budget de 18,2 millions d'euros d'ici fin 2023, dont 10,4 financés par la Commission européenne dans le cadre du programme de recherche Horizon 2020.

"L'Onera travaille activement à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, objectif essentiel pour que l'aviation poursuive son développement", affirme son PDG Bruno Sainjon, cité dans le communiqué. "Cela passe par des recherches ambitieuses et des innovations de rupture permettant d'aller bien au-delà de l'amélioration continue des technologies aéronautiques actuelles".

L'aviation représente environ 2% des émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2), selon l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).

Les compagnies aériennes et les constructeurs se sont fixé en 2009 pour cap de réduire de moitié en 2050 leurs émissions par rapport au niveau de 2005.

Pour l'heure, quatre solutions énergétiques coexistent mais aucune n'est satisfaisante à elle seule: le kérosène, l'hydrogène -qui nécessite des réservoirs quatre à six fois plus grands-, les batteries électriques, trop lourdes, et les biocarburants testés avec succès mais chers et en conflit avec la production alimentaire.

Un avion hybride alliant l'une ou l'autre de ces solutions serait dans un premier temps le moins complexe à mettre en oeuvre, alors que les cycles de développement sont, selon les experts, de 20 à 30 ans pour un appareil.

Le projet Imothep rassemble au total 33 industriels (dont Airbus, Safran, MTU ou encore Leonardo), organismes européens de recherche aéronautique comme l'Onera ou le DLR allemand, centres de réflexion et universités (Université de Lorraine, ISAE/Sup'Aéro, TU Braunschweig, Politecnico di Bari, Chalmers University...). Une coopération a également été mise en place avec la Russie et le Canada.

mra/soe/eb

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.