Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Aides à domicile: horaires atypiques et rémunération peu satisfaisante

Un quart seulement des aides à domicile estiment que leur rémunération est à la hauteur de leurs efforts, contre 35% pour les autres salariées, selon une étude de la Dares publiée vendredi, alors qu'un grand nombre d'entre elles vont voir leur salaire augmenter à partir de ce vendredi.

209.000 aides à domicile du secteur associatif intervenant chez les personnes âgées et handicapées bénéficient vendredi d'une hausse salariale de 13% à 15% (mais pas les 160.000 employés du privé).

Disponibles pour les autres, les aides à domiciles ont, pour la moitié d'entre elles, l'impression de ne pas l'être pour leurs proches, avec des journées longues et des horaires atypiques, selon cette étude sur les "risques pyscho-sociaux chez les salariées de l'aide à domicile".

Dans ce secteur féminin à 95%, les salariées ont "un temps de travail très morcelé", des temps de repos réduits. Trois-quarts d'entre elles sont à temps partiel. La moitié n'ont pas les mêmes horaires tous les jours et 15% ne connaissent pas leurs horaires une semaine à l'avance.

Elles sont davantage amenées à travailler le weekend et les jours fériés, et 29% n'ont pas 48 heures de repos consécutives, selon la Direction de l'Animation de la recherche, des Études et des Statistiques du ministère du Travail.

Même si le temps de travail est partiel, leurs journées de travail sont longues (entrecoupées dans 40% des cas d'interruptions de trois heures), "ce qui augmente le risque d'épuisement professionnel" et rend difficile la conciliation avec la vie personnelle.

Les tensions et conflits avec les usagers sont moins fréquents pour les aides à domicile (6%) que pour les autres salariées en contact avec le public (11%). En revanche, elles déclarent davantage "cacher leurs émotions" (40%) ou "être en contact avec une personne en situation de détresse" (65%).

Elles ont plus que les autres l'impression de ne pas avoir le temps (40%), la formation (26%) ou les moyens matériels (26%) pour effectuer correctement leur travail.

Un quart d'entre elles disent ne pas pouvoir discuter avec leurs collègues lorsqu'elles rencontrent une difficulté pour faire leur travail correctement (4% des autres salariés) ou avec leur supérieurs hiérarchiques (14,5% contre 7%).

"Malgré un sentiment d'isolement et une absence de soutien de la part des collègues, les salariées de l'aide à domicile se sentent soutenues par la hiérarchie et reconnues dans leur travail", relève néanmoins la Dares. "Elles reçoivent plus fréquemment que les autres salariées le respect et l'estime qu'elles méritent pour leur travail et se sentent moins souvent traitées injustement".

"La satisfaction dans le métier est très liée à la qualité de la relation qui peut s'instaurer avec le personne aidée".

Poster un commentaire
Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
Déjà membre ? Je me connecte.
Je ne suis pas encore membre, Je crée mon compte.