Education/Citoyenneté

Prenez part aux projections du film Grandir !

Découvrez cette oeuvre magnifique en participant aux projections ou en organisant une ! 

Acteurs de l’investissement socialement responsable et du financement participatif d’impact, associations à but non lucratif ou fondations reconnues d’utilité publique, nos partenaires sont #TousActeurs pour une société plus durable. Dans cet espace, la rédaction d’ID n’exerce pas de droit de regard sur les informations disponibles et ne saurait voir sa responsabilité engagée.

Grandir est un film qui a pour but de sensibiliser le plus grand nombre à la cause des enfants et à la chance qu’est l’éducation.

Sur les rives du Mékong, là où accéder à l’instruction est un combat quotidien, 6 enfants d’âges différents rêvent d’un avenir meilleur. Comme un puzzle, le parcours de Prin, Myu Lat Awng, Phout, Pagna, Thookolo et Juliet s’enchainent, se répondent et s’assemblent pour raconter une formidable aventure : GRANDIR.

Grandir, c’est d’abord une histoire de rencontres.
Une association, Enfants du Mékong, qui agit depuis 1958 pour l’éducation des enfants pauvres. Un producteur engagé, Aloest. Une réalisatrice, Jill Coulon, amoureuse d’Asie et d’histoires humaines fortes. Un couple de musiciens connus dans le monde entier, Yael Naim et David Donatien.

Entretien avec la réalisatrice Jill Coulon

Peux-tu nous raconter la genèse de ce projet ?

Lorsqu’Aloest m’a proposé de réfléchir au projet, ça m’a tout de suite beaucoup intéressée. Je me suis plongée dans l’univers d’Enfants du Mékong que je ne connaissais pas du tout, j’ai tout lu, j’ai regardé toutes les vidéos qui avaient déjà été faites. Très vite je me suis rendu compte que ce qui me touchait le plus, c’était quand les enfants racontaient eux-mêmes leurs histoires. J’ai eu envie de leur donner la parole et de me mettre à leur hauteur. Enfants du Mékong a choisi de me suivre sur cette idée. J’ai été très touchée par cette marque de confiance et tout de suite très excitée par l’aventure.

Pourquoi avoir eu envie de faire ce film ?

Les raisons sont nombreuses et complémentaires ! D’abord, pour poursuivre mon travail sur l’Asie (sur les 10 films que j’avais faits avant celui-ci, j’en avais fait 9 en Asie !). Ensuite, pour donner du sens à mon travail, et faire un film « utile » après avoir travaillé pendant plusieurs années pour la télévision à me demander si je ne devrais pas faire autre chose de ma vie !

Aussi, pour l’expérience extraordinaire de rencontrer ces enfants et ces gens qui les accompagnent.

Enfin, pour faire partager le quotidien de ces enfants au plus grand nombre, et surtout, pour que d’autres enfants puissent à leur tour avoir la chance d’être aidés !

Pourquoi avoir choisi ce titre ?

Grandir, évidemment, c’était l’idée de choisir des enfants d’âges différents que l’on verrait évoluer au fil du film, tel un seul personnage, mais c’était aussi et surtout l’idée qu’en aidant ces enfants à aller à l’école, Enfants du Mékong et ses parrains les aident surtout à se connaître, à s’affirmer, à mûrir, à s’élever... bref, à grandir ! Derrière ce titre, je voulais montrer que cette action n’était pas réduite au simple fait de donner accès à l’éducation mais que l’aide du parrainage agit sur la vie entière de l’enfant.

Qu’est-ce qui différencie ce film documentaire ? Pourquoi est-il nécessaire selon toi ?

Certes ces enfants sont pauvres et vivent des vies très difficiles, mais ce n’est pas cet aspect là de leur vie que leurs mots racontent ! Au contraire, leurs mots d’enfants racontent la résilience et l’espoir d’un avenir meilleur. Et même si ces enfants-là vivent en Asie, à l’autre bout de notre monde, ils véhiculent un message universel, qui est la force et le pouvoir de l’éducation. Si ce film peut aider des enfants en France à se rendre compte de la chance qu’ils ont de pouvoir simplement aller à l’école, s’il peut convaincre des adultes de s’intéresser à la situation de tous ces enfants en Asie, j’aurai réussi mon défi je crois !

Ce film est à la fois un voyage, la découverte de cultures autres et la rencontre avec ces 6 petits bouts de femmes et d’hommes. Il a vocation à nous faire relativiser nos propres vies et surtout à changer notre regard sur l’autre. La prochaine fois qu’ils voyageront dans les temples d’Angkor ou sur les rives du Mékong, les gens qui auront vu le film regarderont peut être autrement les enfants qui mendient auprès des touristes. Ils penseront peut-être qu’ils ont besoin d’aide pour pouvoir rejoindre les bancs de l’école et se bâtir un avenir...

Que veux-tu dire à ceux qui veulent changer les choses ?

Je ne peux que pousser les gens qui veulent changer les choses à continuer leur action ! Dans notre société actuelle, nous avons souvent l’impression que nous sommes pris dans un tourbillon sur lequel nous n’avons aucune prise. Pourtant, nous pouvons tous agir à notre niveau ! En allant sur place, j’ai vu que chaque action, même toute petite, peut avoir un impact. Et parfois un impact très grand. J’ai réalisé cela quand les enfants que nous avons rencontrés nous racontaient, des étoiles plein les yeux, le lien si fort qui les unit à leurs parrains lointains, des gens qu’ils n’ont parfois jamais rencontrés mais qui leur apporte un soutien matériel mais surtout un soutien moral. J’ai trouvé ça extraordinaire. Je me plais parfois à imaginer une carte du monde sur laquelle seraient tissés tous ces liens qui unissent les parrains d’Enfants du Mékong et leurs filleuls d’Asie du Sud- Est, ça serait beau...

 

Ce film a été réalisé à l’occasion des 60 ans de l’association Enfants du Mékong. Dès le 7 février débute une tournée de 2 mois dans 32 villes de France et d’Europe. Rendez-vous sur le site grandir-lefilm.com pour vous inscrire aux projections en présence de l'équipe du film !