Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Education/Citoyenneté

La lutte contre le "tout-jetable" est au cœur de la démarche Zero Waste

Elle vise à promouvoir des alternatives aux produits à usage unique qui peuplent notre quotidien et qui sont responsables de quantités considérables de déchets et d'une consommation irraisonnée des ressources planétaires.

S'engager
Acteurs en transition, associations, fondations, entreprises.... nos partenaires sont #TousActeurs pour une société plus durable. Dans cet espace, la rédaction d’ID n’exerce pas de droit de regard sur les informations disponibles et ne saurait voir sa responsabilité engagée.

Le phénomène du “produit à usage unique” est récent à l’échelle de l’histoire de nos sociétés. Concevoir et fabriquer un produit dont la durée de vie est extrêmement courte, entraînant en amont une consommation importante de ressources (chaque produit jeté doit être de nouveau fabriqué) et en aval une quantité considérable de déchets, aurait sans doute paru absurde à nombre de nos ancêtres.

Les objets “jetables” ont pourtant connu une croissance exponentielle depuis les années 60 et sont aujourd’hui omniprésents dans notre quotidien.

Plastique et emballages, suspects n°1

A l’origine de cet engouement pour le jetable, l’apparition d’un nouveau matériau : le plastique. Bon marché et léger, il est aujourd’hui massivement utilisé pour la fabrication d’objets à usage unique (emballages, lingettes nettoyantes, protection hygièniques…). En Europe, chaque année, 25,8 millions de tonnes de déchets plastique sont ainsi produites, dont 60% proviennent des emballages.

Moins d’un tiers des déchets plastique sont collectés pour être recyclés. Les objets et emballages en plastique à usage unique finissent donc dans la majorité des cas en décharge ou bien sont incinérés. Du fait de leur petite taille et des caractéristiques de consommation, certains sont abandonnés ou rejetés dans la nature, avec des conséquences désastreuses sur la flore et la faune. A l’échelle européenne, la quantité de plastique ainsi rejetée dans les océans serait comprise entre 150 000 et 500 000 tonnes, chaque année !  

Zero Waste France milite pour réduire drastiquement notre recours au plastique à usage unique en proposant l’interdiction de certains produits comme les gobelets ou les pailles, en demandant une fiscalité adaptée qui prenne en compte l’impact environnemental du plastique jetable, et en faisant la promotion des nombreuses alternatives existantes au plastique.

Pour une réintroduction de la consigne en France

bouteille-consignee

 

Une des solutions pour réduire la part des emballages jetables est bien connu : c’est la consigne. Système courant en France jusque dans les années 1970, elle a ensuite progressivement disparu à l’exception de cas spécifiques régionaux (Alsace) ou sectoriels (secteur des cafés, hôtels et restaurants).

Le principe de la consigne est simple : lors de l’achat de son produit, le client paye une petite somme supplémentaire (quelques centimes) qui lui seront rendus lorsqu’il rapporte le contenant (bouteille, bocal…)  dans son commerce ou dans un point d’apport. Dans le cas d’un emballage en verre, le contenant ainsi récupéré peut être lavé et réutilisé. Par opposition, le recyclage d’une bouteille en verre nécessite de casser et de fabriquer de nouveau l’emballage, un processus plus gourmand en énergie.

La consigne présente ainsi de nombreux avantages :

  • Réduction des déchets sauvages abandonnés dans la nature.
  • Economie d’eau et d’énergie grâce à la réutilisation du contenant pour le verre.
  • Economie pour le consommateur (qui ne paye pas le coût de l’emballage) et pour le producteur (qui peut réutiliser ses emballages)

Encourager la vente en vrac

Autre alternative pour réduire les emballages à usage unique : la vente en vrac, qui permet à chacun de faire ses courses avec ses propres contenants réutilisables ou consignés.

Ce système connaît un essor important depuis quelques années, encouragé par des citoyens et des consommateurs désireux d’en finir avec les emballages jetables. Si les rayons vrac étaient déjà présents dans certains magasins d’alimentation biologique, des épiceries 100% vrac ont fait leur apparition en France en 2014. Depuis, le vrac se démocratise !

Zero Waste France encourage le développement de la vente en vrac, en faisant la promotion de ces nouvelles pratiques d’achat.

L’association a  été à l’origine de la création d’une association professionnelle qui réunit les acteurs de la filière, le Réseau Vrac, qui compte 450 adhérents en 2018.

Elle oeuvre aussi pour encourager cette pratique auprès des commerçants traditionnels, par exemple en valorisant les commerces qui acceptent de servir les clients dans leurs contenants personnels réutilisables.