Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

S’engager

Aidons la population du Yémen à accéder aux services de base et à l’eau potable

Depuis son éclatement en mars 2015, la guerre au yémen a causé la dégradation, voire la destruction des infrastructures hydrauliques et fortement perturbé l’approvisionnement en eau de millions de personnes avec, souvent, des conséquences sanitaires dramatiques. Les populations se trouvent confrontées à un risque élevé de maladies hydriques et d’épidémies tel que le choléra.

 

S'engager
Acteurs en transition, associations, fondations, entreprises.... nos partenaires sont #TousActeurs pour une société plus durable. Dans cet espace, la rédaction d’ID n’exerce pas de droit de regard sur les informations disponibles et ne saurait voir sa responsabilité engagée.

Cinq ans après le début du conflit, 19,7 millions de personnes n’ont pas accès à des soins de santé adéquats et plus de la moitié de la population au Yémen se trouve en situation d’insécurité alimentaire grave.

Les conflits armés et la violence qui en découle ont un impact dévastateur sur les civils. Les populations sont les premières victimes de la dégradation des réseaux hydrauliques. Les équipes d’Action contre la Faim le voit chaque jour avec la propagation des maladies, une mortalité élevée parmi les enfants de moins de cinq ans et la détérioration générale de l’état nutritionnel de la population. Ce n’est donc pas surprenant que le pays ait dû faire face à la pire épidémie de choléra que le monde ait connu avec 1,7 millions de personnes touchées et près de 3500 morts depuis 2016.

LA GUERRE, UN FLÉAU POUR LA SANTÉ DES YÉMÉNITES

Environ 51% de la malnutrition dans le monde est associée à des conditions des infrastructures d’accès à l’eau et à l’hygiène inadéquates. Aujourd’hui, 7 millions de personnes souffrent de malnutrition à travers le pays, dont 2 millions d’enfants, ce qui représente un enfant sur cinq.

Seek00:56Volume

L’effondrement du secteur de l’eau et l’assainissement a conduit le pays à être dépendant de l’aide humanitaire. 4 millions de personnes dépendent ainsi de l’approvisionnement en eau par camion-citerne. Cependant, ce système a ses limites car le pays est régulièrement affecté par des pénuries de carburants qui empêchent les camions de rouler et d’effectuer des distributions.

Au Yémen la plupart des réseaux de traitement et de distribution d’eau dépendent de carburant pour rester fonctionnels. Les pompes à forages sont alimentées par des générateurs qui ne peuvent marcher uniquement avec du carburants, l’eau est livrée par camion et ces derniers ne peuvent rouler sans essence. Avec la disponibilité limitée et l’augmentation inexorable des prix des carburant dû au blocus sur le pays, de nombreuses communautés n’ont plus les moyens d’avoir accès à de l’eau propre ce qui provoque des répercussions sanitaires dramatiques.

Remplissage d'un bidon d'eau potable -Yémen© REUTERS/Abduljabbar Zey

Pour des millions d’enfants au Yémen l’accès à l’eau potable de bonne qualité est une question de survie. Les équipes d’Action contre la Faim interviennent au quotidien auprès des populations pour apporter un soutien à la réhabilitation des réseaux d’eau et des puits communautaires, et effectuer un suivi de qualité d’eau.