Abonnez-vous

à toute l'info durable !

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Conso

Méthalayou

En souscrivant des actions Énergie Partagée, aidez-nous à faire aboutir ce projet de méthanisation citoyenne !

Investir
Objectif: 332 500€
Date de fin:
ID n’ayant qu’un rôle d’intermédiaire technique, les informations contenues dans cet espace sont communiquées par le partenaire et ne sont ni un engagement contractuel ni un conseil en investissement. Investir dans des projets comporte un risque d’illiquidité et un risque opérationnel pouvant entrainer une rentabilité moindre que prévue et un risque pouvant aller jusqu’à la perte totale ou partielle du montant investi. N’investissez que si vous avez tout compris !

15 agriculteurs mettent en commun leurs énergies et leurs déchets pour réaliser de la méthanisation collective en circuit-court. À partir des lisiers, fumiers et biodéchets collectés localement, l'installation produira dès juin 2018 du biogaz qui sera injecté dans le réseau et consommé alentour. En souscrivant des actions Énergie Partagée, aidez-nous à faire aboutir ce projet de méthanisation citoyenne !

L’agriculture comme source d’énergie.

En 2010, une quinzaine d'agriculteurs et éleveurs du Layou se regroupent pour initier un projet de méthanisation agricole collective sur leur territoire. Leurs exploitations, situées dans un rayon de 5 km autour de Préchacq-Navarrenx, présentent une grande variété (canards, bovin, volaille, caprin) sur une surface totale de 864 hectares.

Dans un premier temps, des réunions et des voyages d’études, à l’initiative des agriculteurs et organisées avec l’appui de la Chambre d’agriculture 64, leur permettent de se former à la méthanisation et de fédérer leur groupe. Certains iront jusqu’en Belgique et au Luxembourg, en s’arrêtant dans diverses installations françaises afin d’avoir un aperçu exhaustif de la méthanisation agricole.

En 2011, pour mettre en œuvre leurs objectifs, les agriculteurs commanditent une étude de faisabilité au Bureau d’études Solagro.

Une première phase d’étude permet de comparer plusieurs scénarios de gisement.

Une deuxième phase d’étude permet de comparer la cogénération du biogaz (production d’électricité et de chaleur avec alimentation d’un séchoir de fourrage et de plaquettes de bois) et son injection sur le réseau de gaz naturel (réseau de transport). La possibilité d’implanter le méthaniseur à proximité immédiate d’une canalisation de transport de gaz naturel du réseau TIGF (qui couvre le quart sud-est de la France) permet d’envisager un branchement facilité au réseau et d’atteindre un taux de valorisation énergétique du biogaz supérieur de 85 à 90 % (contre 70 % en cogénération).

C’est le deuxième projet français qui sera capable d’injecter le biogaz dans le réseau de transport de gaz naturel TIGF. Ce réseau présente l’avantage de conduire une grande quantité de gaz capable d’absorber facilement la production du projet. Ainsi, le gaz injecté à Préchacq-Navarrenx sera consommé localement dans un rayon de 20 km environ.