Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Dans cet espace, la rédaction d’ID n’exerce pas de droit de regard sur les informations disponibles et ne saurait voir sa responsabilité engagée.
Info partenaire

Les diamants sont-ils éternels ?

© Shutterstock / Seda Servet

La découverte par Pfizer d'un vaccin aussi prometteur (90% d'efficacité) en un temps aussi court est une prouesse scientifique. Elaboré conjointement avec la société allemande BioNTech, ce sérum démontre le potentiel de la coopération internationale entre les laboratoires et ouvre la voie à de nouvelles avancées.

D'un point de vue économique, c'est une étape décisive vers l'éradication du risque de confinement en 2021 et un pas de plus vers le retour à la normale de l'économie mondiale. Pour les investisseurs, l'échéance électorale américaine désormais passée, c'est un encouragement supplémentaire à regarder au-delà de la deuxième vague hivernale, à se focaliser sur un retour à la croissance bénéficiaire des entreprises sur les prochains trimestres et à privilégier les actifs de reprise économique typiques qui offrent un levier sur l'inflation (actions cycliques et "value" au détriment des valeurs défensives ou de croissance séculaire).

Au cours des deux premières séances de la semaine dernière, l'indice NYSE FANG+, étendard des géants technologiques américains perdait près de 6% tandis que les actions européennes, emmenées par la partie cyclique et "value" de la cote délivraient une performance historique contre les indices américains. L’optimisme entourant la découverte du vaccin a ainsi déclenché un mouvement de rééquilibrage au travers duquel les investisseurs ont intégré dans la valorisation des marchés actions le scénario reflationniste déjà visible sur les marchés de taux (hausse des taux nominaux, repentification de la courbe, stabilité des breakevens d'inflation).  Ce changement de positionnement n’était pas le premier de l’année. Il peut comme le précédent échouer à se concrétiser dans le temps. Néanmoins, la rotation qui a suivi l’annonce de Pfizer a été la plus violente des trois dernières décennies.

Certes, il lui faudra résister à bien des épreuves pour perdurer : si les conditions de stockage et de transport du vaccin l’empêchent d’être distribué en masse ou si les gouvernements et législateurs échouent à ratifier les projets de stimulus budgétaires, l’attrait pour le risque pourrait être prompt à se retourner. Surtout, la course contre la montre a commencé avec la reprise préoccupante des contaminations des deux côtés de l’Atlantique.

Mais comme l’écrivait Ian Fleming dans Goldfinger, « Monsieur Bond, on a l’habitude de dire à Chicago qu’une fois c’est un hasard, deux fois c’est une coïncidence, trois fois, c’est l’action de l’adversaire » … Après pareil mouvement, la possibilité d’une grande rotation ne peut plus être ignorée…

Texte achevé de rédiger le 13 novembre 2020 par Thomas Planell, Gérant – analyste.