Dans cet espace, la rédaction d’ID n’exerce pas de droit de regard sur les informations disponibles et ne saurait voir sa responsabilité engagée.
INFO PARTENAIRE

Focus sur les Accidents du Travail, un critère de la dimension Sociale

© Bannafarsai_Stock / Shutterstock

Selon l’OIT (Organisation Internationale du Travail), chaque jour, 6 300 personnes meurent d’un accident du travail ou d’une maladie liée au travail – soit plus de 2,3 millions de morts par an.

Le coût humain de cette menace quotidienne est considérable et l’OIT estime que les conséquences économiques des mauvaises pratiques de sécurité et santé au travail représentent, tous les ans, 4 pour cent du produit intérieur brut. A l’échelle d’une entreprise, les coûts financiers tout d’abord sont significatifs (exemple en France selon Apexya) :

Accident du Travail avec arrêt (coûts directs et indirects) : 

  • AT + 24H à 1 semaine : 3.800€
  • AT + 1 semaine à 3 mois : 25.000€
  • AT + 3 mois : 93.000€
  • Décès du salarié : 612.000€

Dans le cadre de notre analyse des risques RSE (Responsabilité Sociale d’Entreprise), les accidents du travail sont évalués chaque année selon deux mesures : le taux de fréquence des accidents (TF1) qui représente le nombre d’accidents avec arrêt rapporté au nombre d’heures travaillées et le taux de gravité (TG) qui représente le nombre de journées d’arrêt rapporté au nombre d’heures travaillées.

En pratique il est important de comparer les entreprises au sein de leur secteur tout en tenant compte de leur spécificité (exposition géographique et typologie métier) mais également de regarder l’évolution de ces indicateurs dans le temps entreprise par entreprise.

Nous avons observé à plusieurs reprises qu’une dégradation de l’accidentologie reflète souvent une dégradation du climat social lié à des enjeux économiques importants.