Abonnez-vous

En vous abonnant, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Dans cet espace, la rédaction d’ID n’exerce pas de droit de regard sur les informations disponibles et ne saurait voir sa responsabilité engagée.
info partenaire

Développement durable : des solutions climat pour accompagner ma transition de tous

©DR_Shutterstock/Elena Dijour

UNE PHILOSOPHIE ET DES CONVICTIONS ORIENTÉES VERS L’ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES DANS LEURS PROGRÈS

En tant que société de gestion, nous avons un rôle déterminant à jouer dans le financement de l’économie et pouvons agir en fléchant nos investissements. En sélectionnant le CDP comme partenaire et fournisseur de données, nous avons choisi d’adopter une approche inclusive fondée sur l’engagement des entreprises et leur avancement dans la transition vers un modèle bas-carbone. Nous ne faisons donc pas d’exclusion sectorielle a priori. Nous considérons que chaque effort est important et notamment celui des plus gros pollueurs qui, en repensant leur modèle, pourront agir significativement sur l'infléchissement de la trajectoire. Nous sélectionnons alors, d’après l’approche du CDP, les entreprises les plus avancées en matière de gestion environnementale, c’est-à-dire les entreprises notées A ou B sur l’échelle du CDP allant de A à D. Nous nous intéressons également à l’initiative SBT. Celle-ci valide scientifiquement que les objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre définis par les entreprises sont en ligne avec les Accords de Paris. Néanmoins, en raison d’une couverture insuffisante aujourd’hui - moins de 200 titres dans le MSCI ACWI -, cet indicateur ne peut être analysé seul et conduire à la constitution d’univers investissables.

UNE APPROCHE TRANSPOSABLE À TOUTES LES CLASSES D ’ACTIFS ET DÉCLINABLE SUR-MESURE

Cette sélection climat via le CDP e t la méthodologie ESG associée peuvent s’appliquer aussi bien aux marchés actions qu’au crédit. Aujourd’hui, nous gérons ainsi 3 fonds actions et 1 fonds multi-classes d’actifs.

Pour répondre aux besoins et exigences de nos clients mais aussi avancer ensemble dans le degré de sélectivité des émetteurs, il est dans notre ADN d’accompagner et de co-construire des solutions sur-mesure. Nous avons ainsi développé pour un réseau de distribution français deux solutions incluant un objectif de réduction de l’empreinte carbone des portefeuilles et un mécanisme de compensation des émissions restantes.

La réduction au préalable de l’empreinte carbone combinée à la compensation via des projets certifiés nous permet de viser la neutralité carbone sans green washing.

LE RAPPORT D’IMPACT COMME VITRINE DE NOS ENGAGEMENTS ET DE NOTRE DEVOIR DE TRANSPARENCE

En juillet dernier, le 1er rapport annuel d’impact de Climate Action a été publié. Il offre ainsi sur l’année 2019 une photo de la création de valeur de notre méthodologie un an après le lancement du fonds. Que faut-il en retenir ?

Le profil extra-financier des entreprises en portefeuille vient confirmer notre choix méthodologique et notre sélectivité dans la constitution de notre univers « climate action » . Notre approche combinant la sélection Climat et nos filtres ESG thématiques (notes ESG internes et controverses) conduit à exclure 78 % du MSCI ACWI. Près des 2/3 des entreprises en portefeuille sont notés A par le CDP, contre 11 % seulement au sein de l’indice de départ.

Sur les 73 titres en portefeuille, près de la moitié a rejoint l’initiative SBT fin 2019 contre moins d’un tiers un an plus tôt, soit une progression de 48 %. Cela reflète la dynamique à l’oeuvre sur l’adoption des objectifs SBT. 27 % des entreprises de Climate Action ont soumis des objectifs à validation et 19 % ont des objectifs validés contre respectivement 6 et 5 % p our le MSCI ACWI.

Avec une empreinte carbone de 33 tonnes équivalent CO2 par million d’euros investis, le portefeuille réduit de 27 % l’impact environnemental induit par les entreprises dans lesquelles il est investi. En outre, il améliore de 39 % son exposition aux technologies vertes et réduit de 69 % les réserves carbone.

Le portefeuille présente enfin un meilleur profil ESG que l’indice : note moyenne de C contre D sur une échelle de A à F. Une corrélation est notable entre le profil CDP des entreprises et leurs pratiques ESG : moins de 15 % des entreprises notées A ou B par le CDP sont en dessous de la moyenne sur la note ESG interne (note inférieure à D).

DES ÉMISSIONS CARBONE À LA TEMPÉRATURE DU PORTEFEUILLE

La définition d’une température vise à mesurer l’alignement des entreprises avec les objectifs de transition vers une économie bas-carbone. Soyons honnêtes, faire le lien entre les émissions de gaz à effet de serre (GES) des entreprises, leurs ambitions et le réchauffement climatique à l’échelle globale est aujourd’hui un exercice complexe ! Plusieurs fournisseurs calculent néanmoins déjà cette métrique avec des méthodologies hétérogènes : spécificité sur les secteurs, utilisation des scénarios et hypothèses… Si elles comportent toutes des limites, il ne faut plus attendre pour les exploiter car les enjeux sont à appréhender maintenant. La température fournit aux sociétés de gestion un nouvel indicateur pour accroître la pression sur les entreprises et sur leur politique de transition. Elle permet aux gérants de disposer d’une métrique claire et comparable supplémentaire pour leurs choix d’investissement en lien avec des objectifs climatiques. Fort de la relation étroite nouée avec le CDP, CPR AM et Amundi sa maison-mère, ont souhaité accompagner le lancement d’une nouvelle base de données développée par le CDP et le WWF permettant aux investisseurs d'évaluer la trajectoire de température de quelques 4 000 entreprises mondiales. Le groupe devient ainsi le premier gestionnaire d’actifs à utiliser ces températures dans le cadre de son analyse ESG et pour le suivi d’une sélection de fonds.

Le chemin est encore long et doit se mener collectivement. La prise de conscience progressive des entreprises, le pouvoir d’influence des investisseurs et des ONG comme le CDP, l’initiative SBT, la mise à disposition de nouveaux outils comme l’évaluation de la température des entreprises, l’impulsion récente des instances européennes… sont autant de signaux forts et de bases solides pour la « reverdie » ou muée verte de la Finance.

Gilles Cutaya, Directeur Général Délégué de CPR AM en charge du Développement international, du Marketing et de la Communication